Actualité

Banquet de la mémoire – événement théâtral à ne pas manquer!

Vous êtes convié, le 8 mai prochain, à une soirée unique où sera présentée une œuvre collective écrite et jouée par des patients-partenaires de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, des comédiens du Théâtre Aphasique et des membres Impatients. Les artistes, accompagnés sur la scène par le Big Bang Band des Impatients et  la comédien Marc Béland présenteront une prestation unique sur le thème de la mémoire :  un parcours d’expérimentation collectif guidé par Isabelle Côté et Claudia Bilodeau et au final, une œuvre sans précédent orchestrée et mise en scène par Lorraine Pintal. Voilà l’invitation qui vous est lancée ! Serez-vous parmi les précieux convives de ce Banquet de la mémoire ?

À l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal
7401, rue Hochelaga – 1er étage, pavillon Lahaise – Auditorium

Le 8 mai 2017 à 19h
Ouverture des portes à 18h30
Admission générale – Premiers arrivés, premiers servis!
Contribution volontaire
Plus de détails

 

 

Nos experts jeunesse en vedette

Première nuit, premier repas, premiers mots. La vie de bébé est jalonnée de ces « premières fois » qui soulèvent bien des questionnements et des inquiétudes pour ses parents. Plusieurs experts du Programme jeunesse du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal ont contribué à cette série d’articles sur les défis de la petite enfance publiés au courant des dernières semaines dans la Presse+.

La première fois que bébé dort…
Experte : Sandra Faria, infirmière clinicienne, Service de santé parentale et infantile au CLSC Saint-Michel

La première fois que bébé mange…
Experte : Hélène Hénault, diététiste-nutritionniste, Service de promotion et prévention, périnatalité et petite enfance au CLSC Hochelaga

La première fois que bébé va à la garderie…
Experte : Corinne Ste-Marie, psychoéducatrice, Service réadaptation et Crise ado-famille-enfance (CAFE) au CLSC St-Michel

La première fois que bébé parle…
Experte : Eve Bargone-Fisette, orthophoniste au Service de promotion et prévention, périnatalité et petite enfance au CLSC Hochelaga

Santé mentale : Ensemble et plus forts pour le rétablissement et le bien-être des personnes

La Table de concertation en santé mentale de l’Est de l’Île de Montréal convie la population et les intervenants à la 7e édition du Salon des ressources en santé mentale. Cet évènement biennal a pour objectif de faire connaître les services disponibles dans la communauté pour les personnes aux prises avec une problématique de santé mentale transitoire ou chronique.

Le Salon mettra aussi l’accent sur le fait que toutes et tous, peu importe l’âge ou le statut social, peuvent un jour ou l’autre être confrontés à une problématique de santé mentale. On gagne donc tous à faire connaître les ressources existantes afin de soutenir et faciliter le rétablissement.

Dans le cadre de cet événement, plus d’une quarantaine d’organisations communautaires et institutionnels seront présentes pour vous présenter leur offre de service en santé mentale, dont plusieurs intervenants des Programmes santé mentale et dépendance du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal. Venez les rencontrer le 26 avril prochain, entre 10 h à 19 h au Centre Pierre-Charbonneau, situé au 3000 rue Viau à Montréal.

Position des directeurs de santé publique du Québec en lien avec la légalisation du cannabis

Dans le contexte du projet de loi fédéral qui est déposé aujourd’hui, les directeurs de santé publique du Québec sont unanimement en faveur d’une loi qui encadrerait la légalisation du cannabis dans la mesure où un cadre réglementaire complet serait élaboré avant la mise en vigueur de la loi. Ces derniers présentent, dans un mémoire, leur position basée sur une approche de santé publique.

Le cannabis est déjà facilement accessible. C’est la substance illicite la plus consommée et le régime de prohibition actuel n’empêche pas son usage. Dans ce contexte, pour les directeurs de santé publique du Québec, la légalisation est une occasion de venir mieux encadrer la consommation et d’agir différemment sur un ensemble d’enjeux qu’entraîne la consommation dans un contexte de prohibition.

Une approche globale de santé publique vise à :

  • prévenir ou retarder l’initiation de l’usage chez les non-consommateurs, particulièrement chez les jeunes;
  • favoriser un usage sécuritaire chez les consommateurs à des fins non médicales en évitant les risques d’abus et de dépendance;
  • offrir des services aux personnes présentant une consommation problématique.

La santé publique reconnait les problèmes de santé et les problèmes sociaux liés à la consommation de cannabis et plus particulièrement ceux liés à une consommation abusive. Cependant, le contexte de prohibition actuel complexifie plusieurs interventions de santé publique, comprenant, entre autres, la surveillance et la promotion de messages de consommation à faible risque. Avec la légalisation, jumelée à un cadre réglementaire rigoureux et à la mise en place des mesures telles que des actions de prévention, les experts de la santé publique soutiennent qu’il sera plus facile de joindre les populations vulnérables avec les services de santé, de mieux intervenir et protéger la population.

Les directeurs de santé publique souhaitent que les mesures du cadre réglementaire soient strictement définies pour éviter une hausse d’accessibilité et une banalisation de la consommation, tout en faisant contrepoids au marché illicite. Le cadre réglementaire devrait notamment permettre d’éviter à tout prix une commercialisation favorisant l’intégration verticale (lien entre la production et la commercialisation) et la mise en place de marchés lucratifs, interdire toute forme de marketing (par exemple, publicité et promotion de marques), fixer un âge légal de consommation, établir un prix de vente tenant compte des effets sur la santé et du prix sur le marché noir, limiter le taux de concentration de la substance, les points de vente et la culture à domicile.

Le mémoire présente les préoccupations des directeurs de santé publique. Une analyse plus approfondie et rigoureuse du projet de loi fédéral sera faite et un avis plus complet pourrait être émis éventuellement lors des consultations. Vous pouvez consulter le mémoire à l’adresse suivante : http://www.santemonteregie.net/santemc/documentation/Cannabis_memoireDSP_VF.pdf

 

SOURCE Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Centre
Renseignements : Porte-parole : Dre Julie Loslier, directrice de santé publique de la Montérégie; Pour information : Martine Lesage, Conseillère-cadre aux relations médias, Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Centre, 450 466-5000, poste 4065.