Actualité

Congé férié – Jour du souvenir

Le lundi 12 novembre 2018, la majorité des services, dont les centres de prélèvements des installations suivantes  de seront fermés :

  • Hôpital Maisonneuve-Rosemont
  • Institut universitaire en santé mentale de Montréal
  • Hôpital Santa Cabrini Ospedale

Les CLSC continueront leurs activités habituelles sauf pour les centres de prélèvements qui seront fermés.

Il est conseillé de téléphoner avant de vous présenter. Pour obtenir nos coordonnées, cliquez ici.

Vin et fromage au profit de la Fondation du CHSLD Polonais Marie-Curie-Sklodowska

Vous êtes invités à un vin et fromage au profit de la Fondation du CHSLD Polonais Marie-Curie-Sklodowska.

Quand : Mercredi le 14 novembre 2018

Heure : 18 H À 20 H

Lieu : CHSLD Polonais Marie-Curie-Sklodowska,
5655 rue Bélanger,
Montréal, QC, H1T 1G2

Billets : 25 $

RSVP au : 514 259-2551, poste 2221 ou poste 2259
lucy.nielipinski@ssss.gouv.qc.ca
mpiechowiak@ssss.gouv.qc.ca


La Fondation, créée en 1992, est un organisme enregistré à but non lucratif dont l’objectif principal est de ramasser des fonds afin d’enrichir la vie des résidents âgés du CHLSD Marie-Curie-Sklodowksa.

Invitation à la séance publique d’information 2018

Date :
Jeudi 8 novembre 2018 à 16 h 30

Lieu :
Hôpital Maisonneuve-Rosemont
Accueil du Pavillon de la radio-oncologie
5305, boul. de l’Assomption, Montréal

Le président du conseil d’administration du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, M. Pierre Shedleur, vous convie à la présentation du rapport annuel de gestion, des résultats financiers et du rapport de la commissaire aux plaintes et à la qualité des services pour l’exercice financier s’étant terminé le 31 mars 2018.

LE CIUSSS DE L’EST-DE-L’ÎLE-DE-MONTRÉAL RECRUTE!

Venez assister en grand nombre au lancement de notre campagne de recrutement 2018-2019 et aidez-nous à trouver un Bruno, un Délès, une Laurence, une Marie-Hélène, une Reasmey, une Sandra, un Simon et une Syndy!

Bienvenue à toutes et à tous!

4e Congrès québécois sur la maladie d’Alzheimer : à la frontière entre la psychiatrie et la neurologie cognitive

Le Dr Alain Robillard, neurologue de la cognition à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Montréal, le 2 novembre 2018 – Dans notre société vieillissante, la prévalence de la maladie d’Alzheimer et des démences associées est en passe de devenir un fléau de société. Plus de 500 000 aînés canadiens sont atteints de démence diagnostiquée, et ce chiffre inclut 120 000 Québécois. Plus des deux-tiers sont des femmes. La communauté médicale et scientifique explore activement toutes les pistes pouvant révéler la clé de ces affections débilitantes et très coûteuses pour la société. Pour y parvenir, la mise en commun du savoir est essentielle. C’est dans ce contexte que l’expertise du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal en la matière se déploiera lors du 4e Congrès québécois sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées, organisé par l’Association des médecins gériatres du Québec (AMGQ) et le Réseau des cliniques de mémoire du Québec, qui a lieu du 7 au 9 novembre 2018 à l’Hôtel Sheraton de Laval.

Le thème de la rencontre, cette année, est la frontière entre la psychiatrie et la neurologie cognitive. En effet, dans bien des cas, chez les personnes atteintes, les symptômes psychiatriques et neurologiques de la démence se chevauchent et s’entrecoupent, un défi pour les soins. Ce thème donnera lieu à des échanges sur des aspects passionnants tels que le TDAH et les troubles cognitifs, les troubles anxieux et la dépression en lien avec la Maladie d’Alzheimer, sans oublier le rôle des professionnels de la santé auprès des malades et de leurs proches, mais aussi des mises à jour sur les connaissances scientifiques actuelles et sur l’expertise québécoise dans ce domaine, qui est substantielle.

Pour Alain Robillard, neurologue de la cognition à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, « cet événement est l’occasion rêvée de réunir en un même lieu les grands spécialistes et les acteurs du réseau ainsi que tous les intervenants auprès des personnes touchées par la maladie». Il ajoute que « les manifestations psychologiques posent un véritable défi, tant en pratique générale que spécialisée».

À propos du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-EMTL) regroupe l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l’Hôpital Santa Cabrini, le CHSLD Polonais Marie-Curie-Sklodowska et l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, de même que les centres de santé et services sociaux de Saint-Léonard et de Saint-Michel, de la Pointe-de-l’Île et Lucille-Teasdale. Il compte près de 15 000 employés et près de 1000 médecins répartis au sein de 43 points de services pour une population de 500 000 personnes. Il offre une gamme complète de soins de santé et de services sociaux de première ligne, de soins hospitaliers généraux, spécialisés, surspécialisés et de soins en santé mentale. Il offre également des soins de longue durée en hébergement. Affilié à l’Université de Montréal, le CIUSSS-Est conjugue les missions d’enseignement, d’évaluation et de recherche avec la formation de médecins et professionnels de la santé. Ses deux centres de recherche d’envergure se démarquent sur les plans national et international dans les sphères d’expertise que sont la santé mentale, l’immuno-oncologie, la santé de la vision, la néphrologie et la thérapie cellulaire. www.ciusss-estmtl.gouv.qc.ca

Pour information et entrevues :
Florence Meney – relations avec les médias CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
514 755-2516
fmeney.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Journée mondiale de la MPOC

Le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal tiendra le mercredi 14 novembre prochain sa troisième édition de la Journée mondiale de la MPOC à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, présentée en collaboration avec l’Association pulmonaire du Québec (APQ) et AstraZeneca. L’objectif de cette journée d’information est de démystifier ces maladies, d’en faire la prévention et de mieux outiller les patients qui en sont atteints.

De 12 h à 16 h 30, les patients atteints d’une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), de la bronchite chronique ou d’emphysème ainsi que leurs proches sont conviés à l’Amphithéâtre Raoul-Groulx du Pavillon Rosemont. Ils auront l’occasion d’y rencontrer plusieurs professionnels de la santé afin de discuter de leur réalité au quotidien et des solutions possibles afin d’améliorer leur qualité de vie.

Lors de cette journée, les participants pourront assister à plusieurs conférences, ateliers et kiosques sur des sujets allant de la prise en charge des maladies chroniques à l’arrêt tabagique, en passant par la réadaptation pulmonaire et l’activité physique. Des tests de spirométrie, permettant un diagnostic en quelques minutes, seront également offerts sur place. Un lunch et une collation seront aussi servis, le tout gratuitement!

Quand?
Mercredi 14 novembre 2018, de 12 h à 16 h 30

Où?
Hôpital Maisonneuve-Rosemont
Pavillon Rosemont
Auditorium Raoul-Groulx (rez-de-chaussée)
5689, boulevard Rosemont
Montréal (Québec) H1T 2H1

Pour obtenir plus d’information sur l’événement, pour consulter le programme complet de la journée ou pour vous y inscrire, veuillez téléphoner au 1-888-POUMON-9 (768-6669) ou visiter le site web de l’APQ au http://evenementsapq.ca/journee-mondiale-mpoc/hopital-maisonneuve-rosemont.php
Soyez des nôtres pour cette journée à ne pas manquer, qui vous aidera à reprendre le pouvoir sur le moment présent!

Nouvelle étude de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont : La sensibilisation à la douleur augmente le risque de douleur persistante au genou

Montréal, le 30 octobre 2018 – Le fait de devenir plus sensible à la douleur, ou sensibilisation à la douleur, est un facteur de risque important de douleurs persistantes au genou chez les patients atteints d’arthrose. C’est la conclusion à laquelle sont parvenus des chercheurs de l’École de réadaptation de l’Université de Montréal (UdeM) et du Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (CRHMR), CIUSSS-e-l’Est-de-l’Île-de-Montréal, en collaboration avec des chercheurs de la Boston University School of Medicine (BUSM). Les résultats de cette étude viennent d’être publiés dans la revue Arthritis and Rheumatology.

L’arthrose est une cause courante de douleur et de limitation des fonctions articulaires. Elle touche 302 millions d’adultes dans le monde. Elle peut entraîner une incapacité chronique dans l’articulation du genou. Selon des recherches précédentes, divers facteurs autres que la pathologie structurelle peuvent également être source de douleur chez les patients atteints d’arthrose.

« Il est essentiel de comprendre les facteurs qui entraînent une douleur persistante afin de mieux prévenir le déclenchement de la douleur, ainsi que sa transformation en douleur plus persistante », dit Lisa Carlesso, B.Sc, Physiothérapie, Ph.D, professeure adjointe à l’École de réhabilitation de l’UdeM et chercheuse au CRHMR.

Les chercheurs ont analysé les données d’une étude multicentrique sur l’arthrose ayant suivi 852 adultes (âgés de 50 à 79 ans) qui présentaient un risque d’arthrose du genou mais qui ne ressentaient pas de douleur persistante au genou au début de l’étude. Des données sociodémographiques, des mesures de sensibilisation à la douleur, ainsi que les facteurs de risque habituellement associés à la douleur au genou, comme les facteurs psychologiques, la douleur généralisée et le manque de sommeil, ont été recueillis auprès des participants, qui ont ensuite été observés sur une période de deux ans pour voir s’ils ressentaient une douleur persistante au genou.

Les chercheurs ont utilisé les facteurs de risque mentionnés ci-dessus et les données sur la sensibilisation à la douleur pour déterminer quatre sous-groupes distincts appelés

phénotypes de sensibilité à la douleur (PSP). Les auteurs ont constaté que ces PSP se caractérisaient principalement par des degrés différents de sensibilisation à la douleur. Le PSP ayant le degré de sensibilisation le plus élevé présentait le risque le plus élevé de ressentir une douleur persistante au genou. Parmi les indices sociodémographiques qui déterminent l’appartenance au PSP comportant le plus haut degré de sensibilisation à la douleur, on compte les femmes, les personnes non blanches et les personnes âgées de 65 ans et plus.

Selon les chercheurs, la distinction de ces PSP constitue une étape importante pour mieux comprendre le processus pathologique complexe de l’arthrose du genou. « Nos résultats laissent à penser que la thérapie axée sur la prévention ou sur l’amélioration de la sensibilisation à la douleur peut être une nouvelle approche pour prévenir la douleur persistante au genou », explique l’auteure Tuhina Neogi, MD, PhD, professeure de médecine et d’épidémiologie au BUSM et à la BU School of Public Health. « La prévention de la douleur est cruciale pour améliorer la qualité de vie et la mobilité des patients atteints d’arthrose. »

À propos de l’étude
Lisa Carlesso a bénéficié d’une bourse de recherche des Instituts de recherche en santé du Canada et d’une bourse de collaboration de l’Osteoarthritis Research Society International.

La recherche de Tuhina Neogi a reçu des National Institutes of Health (NIH) des États-Unis les subventions P60-AR-47785, R01-AR-062506 et K24-AR-070892.

L’étude multicentrique sur l’arthrose est financée par les subventions U01-AG-18820, U01-AG-18832, U01-AG-18947 et U01-AG-19079 des NIH.

À propos du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-EMTL) regroupe l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l’Hôpital Santa Cabrini, le CHSLD Polonais Marie-Curie-Sklodowska et l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, de même que les centres de santé et services sociaux de Saint-Léonard et de Saint-Michel, de la Pointe-de-l’Île et Lucille-Teasdale. Il compte près de 15 000 employés et près de 1000 médecins répartis au sein de 43 points de services pour une population de 500 000 personnes. Il offre une gamme complète de soins de santé et de services sociaux de première ligne, de soins hospitaliers généraux, spécialisés, surspécialisés et de soins en santé mentale. Il offre également des soins de longue durée en hébergement. Affilié à l’Université de Montréal, le CIUSSS-Est conjugue les missions d’enseignement, d’évaluation et de recherche avec la formation de médecins et professionnels de la santé. Ses deux centres de recherche d’envergure se démarquent sur les plans national et international dans les sphères d’expertise que sont la santé mentale, l’immuno-oncologie, la santé de la vision, la néphrologie et la thérapie cellulaire. www.ciusss-estmtl.gouv.qc.ca

Pour information et entrevues :
Florence Meney – relations avec les médias CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
514 755-2516
fmeney.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Mécanismes de protection de l’organisme: l’union des protéines fait la force face au cancer, montre une étude de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et de l’IRIC

Le Dr El Bachir Affar, professeur titulaire au Département de médecine de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal et chercheur au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont ‒ CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal

Montréal, le 25 octobre 2018 – Les mécanismes qui régissent le fonctionnement de notre organisme et nous gardent en bonne santé sont complexes et comprennent d’importantes composantes moléculaires encore mal connues. Or, les récents travaux de l’équipe de recherche du Dr El Bachir Affar (professeur titulaire au Département de médecine de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal et chercheur au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont ‒ CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal), publiés dans le prestigieux journal Nature Communications, mettent en lumière un aspect majeur de ces mécanismes, autour du rôle fondamental d’une protéine bien particulière, appelée BAP1, dont la fonction principale est de bloquer la formation de cancers. Ce travail a été réalisé en collaboration avec de nombreuses équipes, notamment celle du Dr Marc Therrien (professeur titulaire au Département de pathologie et biologie cellulaire de la Faculté de médecine de l’Université et chercheur à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’UdeM, l’IRIC), qui est co-investigateur principal dans cette étude.

Le rôle de la protéine BAP1
Des décennies de recherche ont montré que chaque cellule est une véritable usine contenant des milliers de travailleurs, des protéines actives aux fonctions bien précises et aux durées de vie bien définies. Dans une cellule, les protéines communiquent entre elles en parfaite harmonie afin d’exécuter leurs fonctions. Un mauvais fonctionnement des protéines peut causer de graves maladies dont le cancer. La protéine BAP1 est un élément clé de la protection des cellules contre le développement de cancers. Malheureusement, ces protéines, communément appelées «suppresseurs de tumeurs», peuvent être sujettes à des défaillances dans leur fonctionnement. En effet, BAP1 devient défectueuse dans de nombreux cancers, parmi lesquels le mésothéliome, le mélanome et le carcinome rénal. Par exemple, chez la moitié des patients atteints de mésothéliome, un type de cancer ayant un taux très élevé de mortalité, on observe une défaillance de BAP1. L’équipe du Dr Affar avait déjà établi que la protéine BAP1 a besoin d’alliés pour demeurer active et jouer son rôle protecteur, mais son mécanisme moléculaire demeurait mystérieux.

En utilisant des méthodes scientifiques d’avant-garde, les équipes du Dr Affar et du Dr Therrien ont réussi à comprendre certaines modalités de suppression de tumeurs en mettant en évidence une véritable symbiose moléculaire entre la protéine BAP1 et sa partenaire ASXL2. Cette association mutuellement bénéfique permet la protection des cellules, assurant ainsi une préservation des organes contre le cancer.

L’importance de ce mécanisme
Ces travaux ont permis d’approfondir la compréhension du fonctionnement des protéines entre elles et de déterminer des points sensibles qui ouvrent la porte au cancer en cas de défaillance. Comprendre ces enjeux pourrait permettre à terme de mettre en place de nouvelles stratégies de diagnostic et de traitement du cancer, avec potentiellement une influence significative sur la survie des patients atteints de mésothéliome ou d’autres formes de cancer. La compréhension des manifestations moléculaires qui résultent de la perte de l’association entre la protéine BAP1 et la protéine ASXL2 pourra permettre la mise en place d’une médecine personnalisée.

À propos de l’étude
L’étude «Monoubiquitination of ASXLs controls the deubiquitinase activity of the tumor suppressor BAP1» a été rédigée par S. Daou, H. Barbour, O. Ahmed, L. Masclef, C. Baril, N. Sen Nkwe, D. Tchelougou, M. Uriarte, E. Bonneil, D. Ceccarelli, N. Mashtalir, M. Tanji, J.-Y. Masson, P. Thibault, F. Sicheri, H. Yang, M. Carbone, M. Therrien et E. B. Affar.

À propos du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal regroupe l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l’Hôpital Santa Cabrini, le CHSLD Polonais Marie-Curie-Sklodowska et l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, de même que les centres de santé et de services sociaux de Saint-Léonard et de Saint-Michel, de la Pointe-de-l’Île et Lucille-Teasdale. Il compte près de 15 000 employés et près de 1000 médecins répartis au sein de 43 points de service pour une population de 500 000 personnes. Il offre une gamme complète de soins de santé et de services sociaux de première ligne, de soins hospitaliers généraux, spécialisés, surspécialisés et de soins en santé mentale. Il offre également des soins de longue durée en hébergement. Affilié à l’Université de Montréal, le CIUSSS-EMTL conjugue les missions d’enseignement, d’évaluation et de recherche avec la formation de médecins et professionnels de la santé. Ses deux centres de recherche d’envergure se démarquent sur les plans national et international dans les sphères d’expertise que sont la santé mentale, l’immuno-oncologie, la santé de la vision, la néphrologie et la thérapie cellulaire. www.ciusss-estmtl.gouv.qc.ca

À propos de l’IRIC
Pôle de recherche et centre de formation ultramoderne situé au cœur de l’Université de Montréal, l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) a été créé en 2003 pour élucider les mécanismes du cancer et accélérer la découverte de nouvelles thérapies plus efficaces contre ce fléau. L’IRIC fonctionne selon un modèle unique au Canada. Sa façon innovante d’envisager la recherche a déjà permis de réaliser des découvertes qui auront, au cours des prochaines années, une incidence significative dans la lutte contre le cancer. En moins de 10 ans d’activité, l’IRIC a acquis une réputation d’excellence au sein des communautés scientifiques canadienne et internationale. L’IRIC adopte une approche en recherche basée sur la complémentarité de l’expertise, la collaboration et la collégialité, ainsi que la créativité et l’innovation, qui constituent sa recette gagnante pour vaincre le cancer.

Pour information et entrevues :
Florence Meney – relations avec les médias CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
514 755-2516
fmeney.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Lumière sur le canabis

Consommer ou acheter du cannabis est maintenant légal au pays pour les personnes majeures. Même si le cannabis fait la une des journaux depuis plusieurs mois, trouver une source d’information fiable sur le sujet peut s’avérer difficile.

Gouvernement du Québec

Pour bien vous renseigner, le gouvernement du Québec a mis en ligne le site encadrementcannabis.gouv.qc.ca. Ce site présente entre autres les aspects légaux associés à cette substance, ses effets et les risques à la santé liés à sa consommation.

Portail santé Montréal

Du côté de la métropole, le Portail Santé propose une toute nouvelle section sur le cannabis développée spécifiquement pour les Montréalais par la Direction régionale de santé publique : santemontreal.ca /cannabis.

Qu’est-ce qu’on y trouve ? Une foule de conseils de prévention et des renseignements destinés aux consommateurs actuels ou futurs, aux parents, aux éducateurs et à l’ensemble de la population sur :

  • Les faits sur le cannabis et ses effets
  • Les avantages d’acheter légal
  • La consommation responsable
  • Comment parler cannabis avec les adolescents
  • Les statistiques montréalaises
  • Les services offerts

De plus, une série de capsules vidéo présente des entretiens avec divers experts, médecins, chercheurs et intervenants afin de déboulonner mythes et croyances et offrir un aperçu des dernières connaissances scientifiques sur le sujet.

Gouvernement du Québec : encadrementcannabis.gouv.qc.
Direction régionale de santé publique : santemontreal.ca /cannabis

Important exercice de simulation code orange dans le réseau montréalais de la santé

En octobre 2018 a eu lieu un important exercice de simulation code orange, visant à tester la réponse du réseau de la santé montréalais lors d’une urgence majeure impliquant de nombreuses victimes.

« Le Code Orange est le code internationalement reconnu lors d’une catastrophe ou d’un sinistre externe, qui engendre une arrivée massive de personnes vers les hôpitaux. Cet exercice de simulation est donc important puisqu’il permet de perfectionner les pratiques de l’ensemble des intervenants. » – Caroline Dusablon, coordonnatrice régionale des mesures d’urgence à la CRMUSCSU du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

Deux installations du réseau ont procédé à des exercices « grandeur nature » soit l’Hôpital de Montréal pour enfants du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et l’Hôpital du Sacré-Coeur-de-Montréal du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal. En parallèle, d’autres établissements, dont l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal,  ont participé à des exercices de table, afin d’améliorer leur niveau de préparation.

Lire le communiqué : 18 octobre 2018 – Important exercice de simulation code orange en cours dans le réseau montréalais de la santé