Actualité

La Dre May Griffith devient titulaire de la Chaire Caroline Durand de l’Université de Montréal

Le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal est fier d’annoncer que l’une des chercheuses du Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Dre May Griffith, Ph.D., une pionnière de la médecine régénérative de l’œil, est la toute nouvelle titulaire de la Chaire de la Fondation Caroline Durand en thérapie cellulaire des maladies de l’œil de l’Université de Montréal.

May Griffith, chercheure

Pionnière des soins de la cornée
May Griffith, Ph.D., se spécialise dans la mise au point de matériaux biomimétiques destinés à la santé de la vision. En 2007, en collaboration avec un chirurgien suédois, l’équipe canado-suédoise de Dre Griffith réussissait une première mondiale : la régénération de tissu cornéen humain malade et de nerfs endommagés au moyen d’implants sans cellules. Dix personnes ont subi la procédure et quatre ans après l’opération, tous les implants étaient stables.

La méthode mise au point repose sur l’utilisation de nouveaux matériaux biomimétiques qui permettent de cultiver les tissus en imitant de très près les mécanismes de la nature et en reproduisant artificiellement des propriétés essentielles d’un ou plusieurs systèmes biologiques.

La Chaire Fondation Caroline Durand de l’Université de Montréal permettra à May Griffith d’entamer une nouvelle phase de travaux. Ils seront centrés sur la réparation de cornées endommagées par des traumatismes.

Par un don exceptionnel de 4,25 M$ à la Fondation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR), la Fondation Caroline Durand a été le premier grand donateur à reconnaître l’excellence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont en ophtalmologie et en thérapie cellulaire. Le financement de cette chaire de 5 M$ a été complété par un don de 750 000 $ de la Fondation HMR.

May Griffith souhaite saluer la grande collaboration dans ses recherches avec plusieurs scientifiques, et tout particulièrement Dre Isabelle Brunette (Hôpital Maisonneuve-Rosemont) et Dr Bruce Jackson (Université d’Ottawa).

 

 

Pour information et entrevues
Florence Meney
Relations avec les médias | CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Cell. : 514 755-2516
fmeney.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Danièle Bernard nommée au poste de directrice des soins infirmiers

Le président-directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS), monsieur Yvan Gendron, a le plaisir d’annoncer la nomination de madame Danièle Bernard à titre de directrice des soins infirmiers.

Relevant du directeur général adjoint au programme de santé physique générale et spécialisée, madame Danièle Bernard aura la responsabilité de planifier et de veiller au développement et à la mobilisation de l’ensemble des ressources humaines composant les équipes de la Direction des soins infirmiers. Madame Bernard sera responsable de l’évolution des pratiques et du rayonnement de l’organisation en s’impliquant dans le développement et la mise en place des meilleures pratiques en soins infirmiers. Avec la collaboration de ses équipes, elle développera un projet clinique qui intégrera les normes de qualité avec une approche d’amélioration continue. Les fonctions de madame Bernard l’amèneront à veiller au bon fonctionnement du conseil des infirmières et infirmiers et des comités gérés par ce conseil. Elle sera, de plus, membre du comité de coordination clinique et exercera les fonctions de cogestion clinico-administrative et médicale.

Madame Bernard occupait, depuis la création du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, en avril 2015, le poste de directrice du programme soutien à l’autonomie des personnes âgées, où elle a su démontrer une excellente compréhension de la transformation du réseau et mener les changements nécessaires à l’amélioration des services. Auparavant, de 2014 à 2015, elle a occupé les fonctions de directrice du même programme pour le CSSS Lucille-Teasdale. De 2006 à 2014, elle a agi comme directrice du programme perte d’autonomie liée au vieillissement (PPALV) au CSSS de la Haute-Yamaska, après avoir occupé, de 2004 à 2006, le poste de chef du programme petite enfance. De 1988 à 2004, elle a cumulé différents postes de coordonnatrice et d’infirmière en milieu hospitalier. Détentrice d’un baccalauréat en sciences infirmières et titulaire d’un certificat en administration des soins de la santé, madame Bernard a acquis, au fil des ans, une vaste expérience au sein du réseau de la santé et des services sociaux. Elle possède notamment une connaissance approfondie de l’offre de services aux personnes âgées pour avoir assuré la gestion de plusieurs projets d’envergure, et ce, avec une approche d’amélioration continue.

Initié par la Direction générale du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, le concours visant à doter ce poste s’est déroulé selon un processus formel et rigoureux de sélection à la suite d’un appel de candidatures public. Nous souhaitons la bienvenue à madame Bernard dans ses nouvelles fonctions et le meilleur succès au sein de notre CIUSSS.

C’est depuis le 4 septembre 2017 que madame Bernard assume ses nouvelles fonctions. Son bureau est situé à l’Hôpital Santa Cabrini.

Sonia Lupien élue présidente de la ISPNE

Sonia Lupien, directrice du Centre d’études sur le stress humain de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et professeure titulaire au Département de psychiatrie de l’Université de Montréal vient d’être élue par ses pairs au titre de présidente de l’International Society of Psychoneuroendocrinology (ISPNE).

Créée il y a 48 ans, la Société internationale de psychoneuroendocrinologie regroupe des chercheurs d’à travers le monde qui étudient les effets des hormones sur le cerveau et particulièrement les effets du stress sur le cerveau animal et humain.

Dans le cadre du congrès annuel de la ISPNE qui avait lieu à Zurich du 8 au 11 septembre 2017, les chercheurs ont élu Sonia Lupien à titre de présidente de la société, et ce, pour une période de 3 ans.

Madame Lupien a accepté cet honneur avec plaisir et elle travaillera au développement de la société et à la représentation de la science du stress à travers le monde.

Un bel exemple du rayonnement international de nos chercheurs québécois!

Marie-Claude Grondin nommée au poste de directrice des projets immobiliers majeurs

Le président-directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS), monsieur Yvan Gendron, a le plaisir d’annoncer la nomination de madame Marie-Claude Grondin à titre de directrice des projets immobiliers majeurs.

Relevant du président-directeur général, madame Marie-Claude Grondin aura comme mandat de conseiller, soutenir et orienter stratégiquement l’établissement à toutes les étapes des projets immobiliers majeurs, soit au démarrage, à la planification, à l’exécution jusqu’à la clôture. Elle s’impliquera auprès des responsables de l’établissement en les guidant dans tous les aspects de la planification de projets tout en les amenant à utiliser les meilleurs processus et outils de gestion de projets pour en effectuer le respect des coûts et des échéanciers. Madame Grondin sera notamment responsable de l’élaboration et de la qualité du contenu des dossiers d’opportunité et d’affaires, ainsi que de leur conformité avec, entre autres, la Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructures publiques. À ce titre, elle agira également à titre de représentante de l’établissement et est imputable de signaler aux autorités tout enjeu contrevenant à la planification des projets prévus, en matières de modification de coûts, de portée, de qualité ou d’échéancier.

Madame Grondin occupait, depuis les débuts de la création de notre CIUSSS, en avril 2015, le poste de directrice des services techniques, où elle a su développer sa fine connaissance du terrain et mettre à profit sa grande compétence en matière d’administration et de gestion des services de sa direction. Détentrice d’un baccalauréat en architecture de l’Université Laval et membre de l’Ordre des architectes du Québec depuis 1984, elle cumule plus de 33 années d’expérience, à titre d’administrateur, de gestionnaire et d’architecte, dont 19 dans le réseau de la santé et des services sociaux. Avant d’entamer sa carrière dans le réseau, madame Grondin était chargée de projet au sein du cabinet Les Architectes Tétreault, Parent, Languedoc et associés, où elle a piloté plusieurs projets, dont le programme fonctionnel et technique du Centre de soins ambulatoires de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et de nombreux travaux de réaménagement et d’agrandissement au Centre hospitalier universitaire de Montréal. À titre de gestionnaire dans notre réseau, elle a entre autres occupé, de 1998 à 2003, les postes de chef de service de la planification et construction, puis de directrice adjointe intérimaire à la Direction des ressources financières et techniques de l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal. De 2003 à 2012, elle a été coordonnatrice à la planification et construction, puis directrice des services techniques et du développement immobilier à l’Institut de cardiologie de Montréal. De 2012 à 2013, elle sera chargée de projet sénior pour le projet majeur Grandir en santé du centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, puis de 2013 à 2015, directrice des services techniques à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Initié par la Direction générale du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, le concours visant à doter ce poste s’est déroulé selon un processus formel et rigoureux de sélection à la suite d’un appel de candidatures public. Nous souhaitons le meilleur des succès à madame Grondin au sein de la nouvelle direction de notre CIUSSS.

C’est à compter du 11 septembre prochain que madame Grondin assumera ses nouvelles fonctions. Son bureau sera situé à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Collecte d’objets au profit du Service des bénévoles

Le Service des bénévoles tiendra un bazar les 28 et 29 septembre prochain au pavillon Rosemont.

Nous acceptons :

  • bibelots,
  • livres,
  • bijoux,
  • jouets,
  • articles de cuisine,
  • accessoires divers,
  • etc.

*Notez que nous préférons ne pas recevoir de vêtements, à moins que ceux-ci soient neufs ou en très bon état.

Les profits provenant de la vente du bazar serviront au développement des différents projets du Service des bénévoles.

Veuillez nous faire parvenir vos articles ou les apporter au :
Service des bénévoles
Pavillon Rosemont, de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont
5689, boul. Rosemont, 1er A
du lundi au vendredi de 8h00 à 16h00

Pour de plus amples informations, nous vous invitons à communiquer avec nous au 514 252-3865, poste 4.

Merci à l’avance de votre encouragement!

 

Une première au Québec : succès de l’implantation d’un « œil bionique »

Nouvel espoir pour les gens atteints de dystrophie rétinienne

Le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal est fier d’annoncer que le Dr Flavio Rezende, ophtalmologiste chirurgien rétinologue, et son équipe du Centre universitaire d’ophtalmologie de l’Université de Montréal (CUO) à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, ont procédé avec succès à l’implantation de la prothèse rétinienne Argus II chez une patiente non-voyante.

« Cette innovation technologique représente un nouvel espoir pour toutes les personnes aveugles suite à une maladie dégénérative de la rétine de l’œil. Nous sommes fiers de prendre part à cette révolution, » affirme la Dre Isabelle Hardy, chef médicale du CUO à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et directrice du Département d’ophtalmologie de l’Université de Montréal.

« Je consacre ma carrière à redonner la vue aux gens qui l’ont perdue ou qui ne l’ont jamais eue, » explique le Dr Flavio Rezende, également professeur agrégé de clinique et chef de la section rétine du Département d’ophtalmologie de l’Université de Montréal. « Cette réussite m’inspire et me motive à poursuivre mes travaux pour développer de nouvelles technologies pour améliorer la qualité de vie des personnes non-voyantes. »

L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont a été choisi par l’entreprise américaine Second Sight pour installer son système de prothèse rétinienne Argus II. Il s’agit du premier établissement au Québec et du deuxième au Canada à pouvoir réaliser cette opération délicate, ce qui confirme son excellence en ophtalmologie à l’échelle nationale et à l’internationale. Des démarches sont présentement en cours pour sélectionner le prochain patient, ayant les conditions médicales, psychosociales et cognitives requises, qui recevra l’Argus II.

L’Argus II est une caméra, montée sur des lunettes, qui transforme les images captées en impulsions électriques à l’aide d’un petit ordinateur que le patient porte sur lui. Les impulsions sont ensuite transmises à un implant installé sur la rétine de l’œil, ce qui stimule la perception de lumière au cerveau. Bien que la vision du patient ne soit pas claire, l’implant peut améliorer la capacité d’une personne non-voyante à mener ses activités quotidiennes en lui permettant, par exemple, de reconnaître des formes ou de gros objets, de localiser des gens et suivre des lignes ou distinguer des contours.

La lumière au bout du tunnel
À l’âge de 26 ans, Sandra Cassell a reçu un diagnostic de dystrophie rétinienne, une maladie dégénérative de la rétine de l’œil qui entraîne la cécité. Jusqu’à tout récemment, aucun traitement n’était offert pour soigner cette maladie. En mai dernier, madame Cassell a été la première québécoise à pouvoir utiliser la prothèse rétinienne Argus II. « Perdre la vue, c’est aussi perdre son autonomie. Je ne pensais jamais être capable de voir à nouveau. Je peux enfin voir les silhouettes de mes enfants pour la première fois, ça n’a pas de prix. Je serais éternellement reconnaissante envers le Dr Rezende et son équipe », s’enthousiasme-t-elle.

Ce n’est pas tout que d’avoir cet implant, il faut apprendre à l’utiliser. Ainsi, au cours des dernières semaines, madame Cassell a travaillé étroitement avec les intervenants de l’Institut Nazareth et Louis-Braille du CISSS de la Montérégie-Centre pour réapprendre à voir. Elle a fait plusieurs exercices de réadaptation et de rééducation afin que son cerveau apprenne à interpréter toutes les nouvelles informations qui lui sont envoyées. « C’est un long processus qui dépend beaucoup de la motivation de la personne. Lorsque toutes les conditions favorables sont présentes, on peut s’attendre à des améliorations significatives. Chaque petite amélioration représente une grande victoire pour l’usager», fait valoir Geneviève Lizé, spécialiste en activité clinique à l’Institut Nazareth et Louis-Braille.

À propos du système de prothèse rétinienne Argus® II
Le système Argus® II de Second Sight fournit une stimulation électrique pour contourner les cellules mortes et stimuler les cellules rétiniennes viables résiduelles, induisant ainsi une perception visuelle chez les personnes souffrant de dégénérescence rétinienne externe, dont la gravité est de sévère à profonde. L’Argus® II agit en convertissant des images capturées par une caméra vidéo miniature montée sur les lunettes du patient, en une série de petites impulsions électriques qui sont transmises sans fil à un faisceau d’électrodes implantées sur la surface de la rétine. Ces impulsions ont pour but de stimuler les cellules résiduelles de la rétine, entraînant la perception de schémas de lumière dans le cerveau. Le patient apprend alors à interpréter ces schémas visuels, regagnant ainsi une certaine fonction visuelle. L’Argus® II est la première rétine artificielle à recevoir l’autorisation en Europe (Marque CE), la première et unique prothèse rétinienne à être autorisée aux États-Unis et au Canada.

Lire le communiqué complet

Les médias en parlent….
Radio-Canada.ca
Radio-Canada – Nouvelles
TVA – Nouvelles
Le Devoir
The Gazette
UdeM Nouvelles
City-TV Breakfest
Radio-Canada Abitibi
CBC.ca
CTV News – National
CTV News – Montréal
Radio-Canada – Les années lumières

Pour information
Catherine Dion
Agente d’information – relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Bureau : 514 251-4000, poste 2986 | Cell. : 514 235-4036
catherine.dion.iusmm@ssss.gouv.qc.ca