Actualité

Le ministre Gaétan Barrette annonce le programme de financement sur les gicleurs dans les résidences privées pour aînés

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette, annonce le nouveau programme d’aide financière pour l’installation de gicleurs automatiques dans les résidences privées pour aînés (RPA).

programme-gicleurs« Ce programme d’aide financière administré par le ministère de la Santé et des Services sociaux permettra aux RPA de répondre au nouveau règlement de la Régie du bâtiment. Ces critères émanent des leçons tirées à la suite de l’incendie de la Résidence du Havre, à l’Isle-Verte, survenu en 2014. L’analyse de l’événement nous a permis de réviser à la hausse les exigences relatives à la sécurité incendie. L’objectif est bien sûr d’assurer la sécurité des personnes âgées et le programme de financement permettra aux propriétaires de se conformer à la nouvelle réglementation », a déclaré le ministre Barrette.

Le 17 février dernier, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, monsieur Sam Hamad, a annoncé de nouvelles mesures visant l’installation obligatoire de systèmes de gicleurs dans les RPA. Le règlement faisant état de ces nouvelles mesures est diffusé aujourd’hui dans la Gazette officielle.

« Depuis hier, les propriétaires de résidences privées visées par le règlement auront cinq ans pour se conformer. Je me réjouis de l’aide financière annoncée par le ministre Barrette qui permettra de réduire l’impact financier pour les propriétaires. La sécurité de nos aînés est une priorité et nous souhaitons éviter qu’un drame comme celui de l’Isle-Verte se reproduise », a souligné le ministre Hamad.

Détails du programme d’aide financière

Notons qu’au Québec, il existe près de 2 000 résidences privées pour aînés, de différentes tailles. Le programme d’aide financière, qui représente un montant total de 115,9 millions de dollars sur cinq ans, offrira un soutien modulé selon la taille de la résidence et conséquemment, en fonction du prix de ce rehaussement de sécurité. Ainsi, pour les plus petites résidences, qui ont des revenus moindres, l’aide sera plus importante. De cette manière, la catégorie de RPA de 30 résidents et moins se verra attribuer une aide de 60 % du coût des travaux de gicleurs. Pour les résidences de 31 à 99 résidents, l’aide sera de 40 %, alors que les RPA de 100 résidents et plus se verront attribuer 20 % du coût des travaux. Ajoutons que le montant maximum admissible de 3 300 $ par unité d’habitation est fixé pour le calcul de l’aide financière. Un financement est également prévu pour les RPA qui ne sont pas reliées au système d’aqueduc municipal ou qui doivent subir des ajustements pour s’y relier.

Finalement, deux exceptions au règlement sont prévues, précisément pour les RPA de type unifamilial d’au plus deux étages où résident au plus 9 personnes. Les bâtiments d’un étage d’au plus 8 logements sont également exemptés. Ces RPA n’ont pas à se conformer au règlement sur les gicleurs, mais plutôt à des obligations concernant les sorties de secours et peuvent également bénéficier d’une aide financière liée au programme. Le programme d’aide financière sera disponible pour une durée de cinq ans, et ce, pour les RPA existantes et certifiées par le MSSS, depuis hier. Les propriétaires de RPA sont invités à visiter le site du ministère de la Santé et des Services sociaux afin d’avoir plus de renseignements à ce sujet, à l’adresse suivante : www.msss.gouv.qc.ca/reseau/rpa-gicleurs.

Nomination du Docteur Denis Claude Roy à titre de directeur de la recherche

Le 23 novembre 2015

Docteur Denis Claude Roy nommé au poste de directeur de la recherche

Le président-directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS), monsieur Yvan Gendron, a le plaisir d’annoncer la nomination du docteur Denis Claude Roy à titre de directeur de la recherche.

Relevant du président-directeur général, Dr Roy aura la responsabilité de planifier et veiller au développement et à la mobilisation de l’ensemble des ressources humaines sous sa responsabilité, dans l’objectif de pouvoir relever les défis d’une organisation d’envergure. Il assumera la responsabilité de positionner stratégiquement la gestion des centres de recherche par une approche intégrée en regroupant la recherche fondamentale translationnelle, clinique, épidémiologique et évaluative. Il devra favoriser l’interdisciplinarité de la recherche et la création d’équipes multidisciplinaires. Il aura un rôle-conseil et de soutien auprès de l’ensemble des directions cliniques du CIUSSS, et évoluera en étroite collaboration avec l’Université de Montréal et la Faculté de médecine et des sciences de la santé en plus de veiller au bon fonctionnement du comité d’éthique à la recherche.

Médecin formé à l’Université de Montréal et doté d’une spécialité en hématologie, Dr Roy a également suivi une formation postdoctorale en immunologie tumorale à la Harvard University, au Dana-Farber Cancer Institute de Boston. Chercheur au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et clinicien-greffeur depuis 1990, il y a progressivement assumé des tâches de direction. Durant une dizaine d’années, il a été directeur du programme clinique d’autogreffe de cellules souches. Dès son arrivée, Dr Roy a créé le laboratoire de thérapie cellulaire, l’actuel Centre d’excellence en thérapie cellulaire (CETC), où il assume, depuis sept ans, la fonction de directeur scientifique. Depuis 2006, Dr Roy est directeur de la recherche du Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Docteur Denis Claude Roy est professeur titulaire et chercheur clinicien à l’Université de Montréal. Il a également contribué à la création de la Société de gestion du Centre d’excellence en thérapie cellulaire, dont il est le de directeur général intérimaire, et à celle du réseau CellCAN de médecine régénératrice et de thérapie cellulaire, dont il est aussi le directeur. Il a de plus assumé la direction du bras clinique et thérapeutique du réseau canadien de cellules souches, et codirige le réseau québécois de thérapie cellulaire ThéCell. Enfin, il est membre associé de l’Institut de cardiologie de Montréal, en tant que spécialiste des nouveaux traitements en clinique.

Initié par la Direction générale du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, le concours visant à doter ce poste s’est déroulé selon un processus formel et rigoureux de sélection à la suite d’un appel de candidatures public. Nous souhaitons la bienvenue au Dr Roy et tout le succès possible au sein de notre CIUSSS.

C’est à compter d’aujourd’hui que Dr Denis Claude Roy assumera ses nouvelles fonctions. Son bureau sera situé au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Yvan Gendron
Président-directeur général

Nomination du Docteur Stéphane Guay à titre de directeur adjoint scientifique de la recherche

Le 23 novembre 2015

Docteur Stéphane Guay nommé au poste de directeur adjoint scientifique de la recherche

Stephane-Guay-240x300Le président-directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS), monsieur Yvan Gendron, a le plaisir d’annoncer la nomination du docteur Stéphane Guay à titre de directeur adjoint scientifique de la recherche.

Sous l’autorité du directeur de la recherche, Dr Guay sera responsable du rayonnement des recherches (fondamentale, clinique, épidémiologique et évaluative) à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation, notamment par le développement d’approches innovantes. Il devra développer avec ses équipes multidisciplinaires une culture centrée sur l’innovation et la performance pour viser l’excellence. Docteur Guay sera également responsable de la planification, l’organisation, le contrôle et l’évaluation de l’ensemble des services et activités de recherche sous sa responsabilité. Il veillera à l’efficacité des ressources sous sa responsabilité afin de s’assurer d’actualiser et de consolider la mission de la recherche. Il aura donc un rôle de premier plan dans l’amélioration des soins et de la promotion de la santé. Pour atteindre les objectifs fixés, il devra développer et maintenir des partenariats lui permettant notamment d’avoir accès à de nouvelles opportunités de financement.

Titulaire d’un doctorat en psychologie clinique, Dr Guay a successivement été, depuis 2007, coordonnateur de la recherche clinique, directeur de recherche intégrée aux soins, directeur de l’équipe de recherche VISAGE et directeur du Centre d’étude sur le trauma du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal. Depuis mai 2015, il occupe le poste de directeur adjoint intérimaire à la Direction de la recherche du CIUSSS de l’Est de-l’Île-de-Montréal et de directeur scientifique du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal.

Initié par la Direction générale du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, le concours visant à doter ce poste s’est déroulé selon un processus formel et rigoureux de sélection à la suite d’un appel de candidatures public. Nous souhaitons la bienvenue au docteur Stéphane Guay et tout le succès possible au sein de notre CIUSSS.

C’est à compter d’aujourd’hui que docteur Guay assumera ses nouvelles fonctions. Son bureau sera situé à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal.

Yvan Gendron
Président-directeur général

Livres de croissance personnelle : lecteurs stressés ou lecture stressante?

Les consommateurs de livres de croissance personnelle seraient plus sensibles au stress et présenteraient une symptomatologie dépressive plus élevée, selon une étude réalisée par des chercheurs de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) et de l’Université de Montréal, dont les résultats viennent d’être publiés dans Neural Plasticity.

sonia-lupien-petite
Sonia Lupien, directrice du CESH

« La vente de livres de croissance personnelle a engendré des profits de plus de 10 milliards en 2009 aux États-Unis. Voilà une bonne raison de savoir s’ils ont un impact réel sur leurs lecteurs, » affirme Sonia Lupien, directrice du Centre d’études sur le stress humain (CESH) et professeure au Département de psychiatrie de l’Université de Montréal. « Au départ, nous pensions observer chez les participants une différence au niveau de la personnalité, du sentiment de contrôle et de l’estime de soi selon les habitudes de lecture de livres de croissance personnelle, » explique Catherine Raymond, première auteure de l’étude et doctorante au CESH de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal. « En réalité, il semble n’y avoir aucune différence entre le fait de lire ou non ce type d’ouvrages. Concrètement, les résultats démontrent plutôt que ce n’est pas la lecture elle-même mais bien le type de livres qui peut avoir un effet sur le stress et les symptômes dépressifs de ses consommateurs, » poursuit l’étudiante en neurosciences de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.

Méthode

L’équipe du Centre d’études sur le stress humain a recruté 30 participants dont la moitié était adepte de lectures de croissance personnelle. Elle a mesuré plusieurs éléments chez chacun des participants, dont la réactivité au stress (mesure du cortisol par la salive), l’ouverture d’esprit, l’autodiscipline, l’extraversion, la compassion, la stabilité émotionnelle, l’estime de soi et les symptômes dépressifs. Le groupe de consommateurs d’ouvrages de croissance personnelle était lui-même divisé en deux types de lecteurs : un groupe qui préférait les livres orientés sur le problème (pr.ex. Why Is It Always About You? ou How Can I Forgive You?: The Courage to Forgive, the Freedom Not To) et l’autre sur l’actualisation de soi (pr.ex. You’re Stronger Than You Think ou How to Stop Worrying and Start Living). Les résultats démontrent que les consommateurs de livres orientés sur le problème présentent plus de symptômes dépressifs que les non-consommateurs. De plus, les participants qui lisent des livres axés sur l’actualisation de soi présentent une réactivité au stress plus élevée comparativement aux non-consommateurs.

L’œuf ou la poule?

Est-ce la lecture d’ouvrages de croissance personnelle qui augmente la réactivité au stress et la symptomatologie dépressive de ses lecteurs ou ceux-ci sont-ils plus sensibles aux situations stressantes? Difficile de déterminer la cause de cette observation. « Il faudrait poursuivre nos recherches pour en savoir plus, » selon Sonia Lupien. « Néanmoins, il semble que ces ouvrages n’entraînent pas les effets escomptés. Quand nous constatons que le meilleur prédicteur de l’achat d’un livre de croissance personnelle est le fait d’en avoir acheté un dans la dernière année (1), ça sème le doute sur leur efficacité. Si de tels ouvrages étaient véritablement efficaces, logiquement la lecture d’un seul serait suffisante pour régler nos problèmes, » explique la chercheure à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal. En conséquence, elle encourage plutôt les gens à consulter des ouvrages qui rapportent des faits démontrés scientifiquement et écrits par des chercheurs ou des cliniciens affiliés à une université, un établissement de santé ou un centre de recherche reconnus. « Vérifiez vos sources, pour éviter d’être déçus. Un bon ouvrage de vulgarisation scientifique, ça ne remplace pas un professionnel de la santé mentale, mais ça permet une meilleure compréhension du stress ou de l’anxiété et ça peut encourager le lecteur à aller chercher de l’aide. »

À propos de l’étude

Source : C. Raymond, M-F Marin, A. Hand,S. Sindi, R-P Juster and S.J. Lupien. Salivary Cortisol Levels and Depressive Symptomatology in Consumers and Nonconsumers of Self-Help Books: A Pilot Study. Neural Plasticity. Article ID 624059. 2015

(1) Salerno, Steve. « Sham: How the Self-Help Movement Made America Helpless », Crown Publishing Group, 273 p., 2005

Pour information

Catherine Dion
Équipe des relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Bureau : 514 251-4000, poste 2986
Cell. : 514 235-4036
catherine.dion.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Les médias en parlent….
Radio-Canada – Le 15-18
TVA – Salut Bonjour
Journal de Montréal
UdeM Nouvelles
TVA Nouvelles
Journal Métro – Londres
Science News Line
Science Daily
Medical Daily
The Tribune
Huffington Post NY
Christian Science Monitor
Yahoo Health
National Post
Doctissimo
Independent
Quartier Libre
Gulf News
Aponet.de
Quartier Libre

Et plusieurs autres….

Reconstruction faciale

Une première canadienne à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Reconstruire un visage sans aucune cicatrice, c’est désormais une réalité. Une équipe de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, vient en effet de réaliser une première canadienne dans le domaine de la chirurgie plastique. Dans une intervention de huit heures sur un patient adulte, l’équipe du Dr Daniel Borsuk a effectué une reconstruction du visage en utilisant une chirurgie virtuelle, des modèles 3D, le prélèvement de l’os du bassin vascularisé et son sculptage pour l’adapter au visage, et enfin la transplantation au visage par l’intérieur de la bouche, le tout sans laisser de cicatrice.

Une telle procédure aurait auparavant nécessité plusieurs interventions et laissé une ou plusieurs cicatrices.

Borsuk-250x250« Cette intervention, qui a mis les technologies les plus novatrices au service de la chirurgie plastique reconstructive, constitue un message d’espoir pour ceux et celles qui se pensent condamnés à accepter de vivre à jamais avec un tel handicap et qui, souvent, se sentant différents, s’isolent », a déclaré le Dr Borsuk., professeur adjoint en chirurgie plastique à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.

Depuis plus de 25 ans, l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et la Faculté de médecine de l’Université de Montréal jouent un rôle important dans le domaine de la chirurgie plastique et travaillent sans relâche à parfaire les techniques d’intervention pour les mettre au service des patients.

Dr Borsuk avait déjà participé à l’un des grands jalons de l’histoire de la chirurgie reconstructive du visage en étant le seul médecin Canadien à faire partie d’une équipe américaine de greffe faciale. En 2012, Dr Borsuk a ainsi participé à la plus importante greffe du visage jamais effectuée, sur un homme de 37 ans défiguré par une blessure par balle.

À propos de Daniel Borsuk

Dr Borsuk a obtenu ses diplômes B.Sc., MBA et M.D. à l’Université McGill avant de suivre sa formation en chirurgie plastique et reconstructive à l’Université de Montréal, sous la direction de Dre Patricia Bortoluzzi. Par la suite, il a complété sa sous-spécialité en chirurgie cranio-maxillo-faciale et sa microchirurgie adulte et pédiatrique à l’Université Johns Hopkins et au R. Adams Cowley Shock Trauma Center à Baltimore, au Maryland.

Source et demandes d’entrevues

Florence Meney
Agente d’information – relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Cell. : 514 755-2516
fmeney.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Les médias en parlent…
UdeM Nouvelles
Journal de Montréal
Canoe.ca
The Gazette
Eurasia Review
Science World Report
Et Health World
Science 2.0
India Today
Medical Xpress
CJAD – Barry Morgan show
Radio-Canada.ca
3D Print
Santé Log
Science et Avenir

Jour du souvenir : la majorité de nos services seront fermés

JOUR-souvenir2015Liste des établissements concernés et dates de fermeture des services

Le 9 novembre

Le 11 novembre                      

Le 13 novembre

 

L’Insigne du mérite 2015 remis à une infirmière d’exception

Odette Roy, une carrière entière centrée sur l’avancement des soins infirmiers

Le 4 novembre 2015

Apprenant qu’elle est la nouvelle lauréate de cette prestigieuse distinction, décernée par l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), Odette Roy s’est empressée, avec émotion, de souligner ce qui l’anime :

roy-odette-250« Je crois fermement à l’importance du rôle élargi de notre profession. Plus que jamais, il faut miser sur la compétence des infirmières et des infirmiers, sur leur leadership et sur leur apport indispensable dans une approche interdisciplinaire, dorénavant l’unique voie à suivre. Il en va de l’efficacité de notre système de santé, d’un meilleur accès aux soins et de l’amélioration de la qualité des soins. »

Cette déclaration est à la mesure de la pensée de cette visionnaire qui rêve de la création d’un carrefour des connaissances, où interviendraient les chercheurs, les infirmières et infirmiers agissant comme conseillers spécialisés, en collaboration étroite avec le personnel de soins travaillant au chevet des patients.

L’Insigne du mérite 2015 sera officiellement remis lors du Congrès de l’OIIQ, qui se tiendra ces 9 et 10 novembre prochains, au Palais des Congrès de Montréal.

Une feuille de route impressionnante

Titulaire d’un doctorat en sciences de l’éducation, Odette Roy a choisi de demeurer dans le milieu clinique. Elle est l’une des premières francophones à faire ce choix. Jusqu’en juin dernier, elle occupait le poste de chercheuse et de responsable du Centre d’excellence en soins infirmiers (CESI) de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont. Elle poursuit toujours ses fonctions de professeure associée de la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal.

Odette Roy s’est illustrée par son action au sein de diverses organisations, associations et établissements universitaires, à l’échelle régionale, provinciale et même internationale. Son curriculum est riche d’une vaste expérience diversifiée. D’abord infirmière soignante, elle a successivement occupé les fonctions de chef d’unité, de directrice des soins infirmiers, de professeure adjointe, d’infirmière clinicienne spécialisée et d’adjointe à la direction des soins infirmiers. Parallèlement, ses activités dans la recherche et l’enseignement lui ont permis d’influencer profondément bon nombre d’étudiants.

Des réalisations marquantes

Odette Roy a fondé en 2003 le Centre d’excellence en soins infirmiers de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont. Ce centre, par sa mission de pratique clinique, d’enseignement et de recherche, développe et assure, depuis plus de dix ans, le transfert et la diffusion de pratiques exemplaires en soins infirmiers. Créé pour développer et parfaire les connaissances du personnel infirmier en vue d’optimiser la qualité des soins aux patients, le CESI contribue activement à l’excellence des soins offerts à Maisonneuve-Rosemont.

Fait d’armes à souligner : Odette Roy a été une artisane de la première heure de l’instauration au Québec d’un programme de prévention de l’utilisation des moyens de contention sur les patients hospitalisés.

Le legs d’une carrière

L’Insigne du mérite est une distinction que l’OIIQ décerne annuellement et qui a pour objectif de faire rayonner la profession infirmière sur le plan national.

« Cet honneur, déclare Lucie Tremblay, présidente de l’OIIQ, couronne la contribution exceptionnelle d’Odette Roy, cette visionnaire sur le plan de la recherche, de l’enseignement et de la pratique auprès de personnes vulnérables. Il témoigne également de la reconnaissance du travail rigoureux de cette infirmière tant au Québec qu’à l’étranger. Il met en évidence son soutien indéfectible à l’avancement de la profession. Odette Roy est une inspiration pour les infirmières et infirmiers du Québec. Elle a su contribuer de façon remarquable au développement des connaissances en sciences infirmières et favoriser leur transfert dans les pratiques cliniques. »

À propos de l’Insigne du mérite

C’est la plus haute distinction décernée par l’ordre des infirmières et infirmiers du Québec. Il s’agit d’un hommage rendu à une infirmière ou un infirmier dont la carrière émérite a contribué, de manière exceptionnelle, à l’avancement des soins infirmiers ou à la notoriété de la profession.

Source :  Ordre des infirmières et infirmiers du Québec

Personnalité de la semaine – La Presse
L’Information de Mont-Joli

 

Nomination de M. Claude Riendeau à titre de directeur adjoint de l’hébergement à la Direction du programme Soutien à l’autonomie des personnes âgées

Le 3 novembre 2015

Claude Riendeau nommé au poste de directeur adjoint de l’hébergement à la Direction du programme Soutien à l’autonomie des personnes âgées

Le président-directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS), monsieur Yvan Gendron, a le plaisir d’annoncer la nomination de monsieur Claude Riendeau à titre de directeur adjoint de l’hébergement à la Direction du programme Soutien à l’autonomie des personnes âgées.

claude-riendeau-300x240Relevant de la directrice du programme Soutien à l’autonomie des personnes âgées, monsieur Claude Riendeau sera responsable de la planification, de l’organisation, du contrôle et de l’évaluation de l’ensemble des services cliniques en hébergement de longue durée et en unités spécifiques offerts dans l’ensemble de nos CHSLD. De plus, il veillera au déploiement des services professionnels, aux activités de bénévolat, de soins spirituels, de loisirs et au bon fonctionnement de la coordination des activités de jour, de soir et de nuit. Il contribuera à la mise en place de la nouvelle structure organisationnelle, en partenariat avec les gestionnaires cliniques, afin que les services soient de qualité et qu’ils répondent aux besoins de la clientèle hébergée. Adhérant aux orientations ministérielles pour un milieu de vie de qualité, il verra à leur mise en oeuvre et leur intégration continue dans le milieu en collaboration avec les comités des résidents et le comité des usagers. Monsieur Riendeau sera également responsable du leadership soutenu concernant le recours à de meilleures pratiques cliniques et le travail en interdisciplinarité.

Cadre supérieur dans le réseau de la santé et des services sociaux depuis 2013, monsieur Claude Riendeau a occupé, pendant neuf ans, le poste de coordonnateur Milieu de vie pour les centres d’hébergement du CSSS de la Pointe-de-l’Île. Infirmier de formation, monsieur Riendeau compte une solide expérience clinique et de gestion qu’il a acquise pendant plus de 27 ans comme cadre intermédiaire. Depuis 2013 jusqu’à tout récemment, il était directeur local de santé publique, des soins infirmiers et de l’enseignement pour le même CSSS. À ce titre, il a entre autres développé des milieux de stages innovateurs pour les infirmières praticiennes spécialisées en soins de 1re ligne, les préposés aux bénéficiaires et les employés des services alimentaires. Il est reconnu pour son leadership et ses capacités à mobiliser les équipes.

Initié par la Direction générale du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, le concours visant à doter ce poste s’est déroulé selon un processus formel et rigoureux de sélection à la suite d’un appel de candidatures public. Nous souhaitons la bienvenue à monsieur Riendeau et tout le succès possible au sein de notre CIUSSS.

C’est à compter du 29 octobre 2015 que monsieur Riendeau assumera ses nouvelles fonctions. Son bureau sera situé au Centre d’hébergement Rousselot.

Yvan Gendron
Président-directeur général

Don majeur de Metro pour l’Unité de médecine familiale de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Le 27 octobre dernier, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Est-de-l’Île-de-Montréal a tenu un événement au sein des nouveaux locaux de l’Unité de médecine familiale (UMF) de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR) afin de souligner la généreuse contribution de Metro et de la Fondation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont permettant le rehaussement des infrastructures de soins, d’enseignement et de recherche de l’UMF. 

Evenement-UMF-HMR-250(1)Monsieur Yvan Gendron, président-directeur général du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal et Dre Marie-Claude Lefebvre, directrice de l’UMF ont chaleureusement remercié mesdames geneviève bich, vice-présidente, Ressources humaines, et Marie-Claude Bacon, directrice principale, Service des Affaires corporatives chez Metro, ainsi que madame Lucie Drapeau, directrice générale de la Fondation HMR.

Rôle important dans l’est de Montréal

Véritable carrefour de la médecine générale et spécialisée, l’UMF joue un rôle important à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et pour l’ensemble du territoire du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal. L’UMF est d’ailleurs désignée Groupe de médecine de famille depuis trois ans maintenant. Les chiffres sont éloquents! Chaque année, plus de 25 000 personnes y reçoivent des soins et en 2014, dans le cadre de son rôle d’enseignement, l’UMF a accueilli 26 résidents et 56 externes.

visite-UMF-250(1)Forte du rehaussement de ses infrastructures et de son équipe multidisciplinaire, l’UMF peut encore mieux desservir la population de l’est de Montréal en offrant des soins de qualité à une population qui présente des problèmes de santé multiples et complexes. En effet,  le nombre de personnes âgées et à faible revenu est supérieur comparativement à d’autres secteurs de Montréal.

Cet événement s’est terminé par une visite des lieux au cours de laquelle les invités ont pu constater l’implication du  personnel auprès de la clientèle, et des enseignants dans la formation de cohortes de médecins de famille compétents, impliqués dans leur milieu et à l’avant-garde des pratiques innovantes en soins de première ligne.

Une journée unique pour la relève médicale

Le 2 octobre dernier, une délégation de 23 personnes, dont 12 médecins représentant tous les différents milieux de pratique médicale des trois territoires du nouveau CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSSEMTL) était présente à la Journée carrière Québec au Palais des congrès de Montréal!



Le but : recruter des résidents en médecine de famille et en médecine spécialisée intéressés par une future pratique dans l’est de Montréal!

Organisé par l’équipe du volet communauté de la Direction des services professionnels, le kiosque du CIUSSSEMTL dégageait tout le dynamisme et la variété de la pratique sur le territoire. Tous les milieux étaient représentés : les cliniques médicales GMF et cliniques-réseau, les CLSC, l’Unité de médecine familiale (UMF), les hôpitaux Maisonneuve-Rosemont et Santa Cabrini pour la pratique en médecine de spécialité. L’achalandage au kiosque de notre CIUSSS était intense. De 13 h à 18 h, la délégation a échangé avec les nombreux résidents venus pour connaître le milieu dynamique dans lequel elle a le plaisir de travailler au quotidien.

Un succès pour notre établissement! Il faut dire que notre kiosque était aussi très imposant et très attrayant avec les bannières multicolores du CIUSSS, les IPAD pour que les résidents inscrivent leurs coordonnées directement sur notre site de recrutement et les délicieux macarons sucrés!

Participants

Dre Diane Poirier, directrice adjointe médicale des Services professionnels, volet services dans la communauté, CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Mme Maria Filia, conseillère cadre, responsable Table de la Table de coordination des services médicaux de 1re ligne de la Pointe-de-l’Île, CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Dr Elias Ackaoui, président de la Table locale du DRMG et médecin responsable du Centre médical Hochelaga
Dre Marie-Claude Lefebvre, médecin, UMF Maisonneuve-Rosemont
Dre Josée Turcot, médecin, UMF Maisonneuve-Rosemont
Dr Élie Bara, médecin, CLSC de Mercier-Est―Anjou
Dr Steve Graham, médecin, Clinique médicale Montréal-Est
Dre Mai Lê, médecin, Clinique médicale Rivière-des-Prairies
Dre Anne-Marie Venne, médecin, CLSC d’Olivier Guimond
Dre Maïté Garcia-Gonthier, médecin, CLSC de Hochelaga-Maisonneuve et GMF-CR 3000
Dr Réal Barette, médecin, Clinique médicale Maisonneuve-Rosemont
Dr Salvatore Lo Vasco, directeur médical, Polyclinique Cabrini
Mme Angela Ferracane, infirmière, Polyclinique Cabrini
Dre Yanick Hector, chef de médecine, CLSC de Saint-Michel
Mme Francyne Gaudet, administratrice Polyclinique Pointe-aux-Trembles
Dr Gilles Gagnon, administratrice Polyclinique Pointe-aux-Trembles
Mme Kim Huynh, pharmacienne-propriétaire, Clinique médicale Rivière-des-Prairies
Mme Magalyt Alarcon, déléguée, Clinique St-André
M. Jean-Philippe Morin, administrateur, Clinique médicale Maisonneuve-Rosemont
Mme Julie Lessard, directrice, Polyclinique Levasseur
Mme Claudine Haché, infirmière clinicienne, Clinique Viau
Mme Koralia Kerketze, administratrice adjointe, Clinique Viau
Mme Hania Djellout, stagiaire maîtrise HÉC,Table de coordination PDI

Un grand merci à tous ceux qui ont contribué au succès de cette journée!