Santé mentale : Ensemble et plus forts pour le rétablissement et le bien-être des personnes

La Table de concertation en santé mentale de l’Est de l’Île de Montréal convie la population et les intervenants à la 7e édition du Salon des ressources en santé mentale. Cet évènement biennal a pour objectif de faire connaître les services disponibles dans la communauté pour les personnes aux prises avec une problématique de santé mentale transitoire ou chronique.

Le Salon mettra aussi l’accent sur le fait que toutes et tous, peu importe l’âge ou le statut social, peuvent un jour ou l’autre être confrontés à une problématique de santé mentale. On gagne donc tous à faire connaître les ressources existantes afin de soutenir et faciliter le rétablissement.

Dans le cadre de cet événement, plus d’une quarantaine d’organisations communautaires et institutionnels seront présentes pour vous présenter leur offre de service en santé mentale, dont plusieurs intervenants des Programmes santé mentale et dépendance du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal. Venez les rencontrer le 26 avril prochain, entre 10 h à 19 h au Centre Pierre-Charbonneau, situé au 3000 rue Viau à Montréal.

Position des directeurs de santé publique du Québec en lien avec la légalisation du cannabis

Dans le contexte du projet de loi fédéral qui est déposé aujourd’hui, les directeurs de santé publique du Québec sont unanimement en faveur d’une loi qui encadrerait la légalisation du cannabis dans la mesure où un cadre réglementaire complet serait élaboré avant la mise en vigueur de la loi. Ces derniers présentent, dans un mémoire, leur position basée sur une approche de santé publique.

Le cannabis est déjà facilement accessible. C’est la substance illicite la plus consommée et le régime de prohibition actuel n’empêche pas son usage. Dans ce contexte, pour les directeurs de santé publique du Québec, la légalisation est une occasion de venir mieux encadrer la consommation et d’agir différemment sur un ensemble d’enjeux qu’entraîne la consommation dans un contexte de prohibition.

Une approche globale de santé publique vise à :

  • prévenir ou retarder l’initiation de l’usage chez les non-consommateurs, particulièrement chez les jeunes;
  • favoriser un usage sécuritaire chez les consommateurs à des fins non médicales en évitant les risques d’abus et de dépendance;
  • offrir des services aux personnes présentant une consommation problématique.

La santé publique reconnait les problèmes de santé et les problèmes sociaux liés à la consommation de cannabis et plus particulièrement ceux liés à une consommation abusive. Cependant, le contexte de prohibition actuel complexifie plusieurs interventions de santé publique, comprenant, entre autres, la surveillance et la promotion de messages de consommation à faible risque. Avec la légalisation, jumelée à un cadre réglementaire rigoureux et à la mise en place des mesures telles que des actions de prévention, les experts de la santé publique soutiennent qu’il sera plus facile de joindre les populations vulnérables avec les services de santé, de mieux intervenir et protéger la population.

Les directeurs de santé publique souhaitent que les mesures du cadre réglementaire soient strictement définies pour éviter une hausse d’accessibilité et une banalisation de la consommation, tout en faisant contrepoids au marché illicite. Le cadre réglementaire devrait notamment permettre d’éviter à tout prix une commercialisation favorisant l’intégration verticale (lien entre la production et la commercialisation) et la mise en place de marchés lucratifs, interdire toute forme de marketing (par exemple, publicité et promotion de marques), fixer un âge légal de consommation, établir un prix de vente tenant compte des effets sur la santé et du prix sur le marché noir, limiter le taux de concentration de la substance, les points de vente et la culture à domicile.

Le mémoire présente les préoccupations des directeurs de santé publique. Une analyse plus approfondie et rigoureuse du projet de loi fédéral sera faite et un avis plus complet pourrait être émis éventuellement lors des consultations. Vous pouvez consulter le mémoire à l’adresse suivante : http://www.santemonteregie.net/santemc/documentation/Cannabis_memoireDSP_VF.pdf

 

SOURCE Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Centre
Renseignements : Porte-parole : Dre Julie Loslier, directrice de santé publique de la Montérégie; Pour information : Martine Lesage, Conseillère-cadre aux relations médias, Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Centre, 450 466-5000, poste 4065.

Attentat de Québec : solidarité avec la communauté musulmane du Québec

Hier soir à Québec, la haine a frappé. Dans sa folie meurtrière, elle a emportée six personnes et en a blessé plusieurs autres. Cet attentat barbare, qui a pris pour cible la communauté musulmane du Québec, a frappé des gens qui, bien souvent eux-mêmes ont déjà voulu fuir la violence pour vivre en paix avec leurs proches.
Je tiens tout d’abord à exprimer mes condoléances aux personnes qui ont perdu un proche. Je tiens également souhaiter du courage aux membres de la communauté musulmane au sein même de notre organisation et dans tout le Québec.
Des gestes comme ceux-là suscitent bien évidemment la tristesse et l’incompréhension. Je crois fermement que c’est dans la solidarité et l’ouverture aux autres que nous pourrons trouver un peu de réconfort.
Yvan Gendron

Achalandage élevé aux urgences de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et de Santa Cabrini

Le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal souhaite informer la population desservie par son territoire que ses deux urgences, soit celle de l’Hôpital Santa Cabrini et celle de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, connaissent actuellement un achalandage inhabituellement élevé et invite la population à éviter dans la mesure du possible de s’y rendre.

Le CIUSSS veut rappeler qu’à moins d’un problème aigu et grave, des solutions de rechanges existent pour consulter un professionnel de la santé rapidement. Le public est donc encouragé à avoir recours au réseau de cliniques sans rendez-vous ou encore en cas de questions à faire appel à la ligne Info-Santé-811.

Nous remercions chaleureusement les usagers de leur collaboration qui aidera à résorber l’engorgement dans nos urgences.

Séance publique d’information du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal

Date : Le jeudi 3 novembre 2016
Heure : 16h
Lieu : Amphithéâtre, pavillon J.-A.-DeSève –  Hôpital Maisonneuve-Rosemont (Accès par le pavillon Rachel-Tourigny situé au 5305, boul. de l’Assomption)

Un canadien sur cinq sera un jour aux prises avec un problème de santé mentale.

Venez assister à la présentation sur l’avenir de la recherche en santé mentale de M. Stéphane Bastianetto, chercheur au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal. Les principaux défis de la recherche dans ce domaine, son importance, ainsi que ses retombées directes sur la population seront abordés.

Cette présentation sera suivie par celle du rapport annuel de gestion, des résultats financiers et du rapport de la commissaire aux plaintes et à la qualité des services pour l’exercice financier s’étant terminé le 31 mars 2016.

Bienvenue à tous!

Chaleur accablante et extrême

chaleur_www_240x70-v1En période de chaleur accablante ou extrême, le corps a plus de difficulté à se refroidir et à maintenir sa température dans les limites de la normale. Dans de telles périodes, une exposition prolongée à la chaleur, un effort physique excessif ou une très forte transpiration peuvent avoir certains effets sur la santé.

Pour plus d’information sur les effets de la chaleur accablante et extrême sur la santé, nous vous invitons à consulter le lien suivant afin de mieux connaître les symptômes nécessitant la surveillance de l’évolution de l’état de santé, la protection et la prévention, les facteurs de risque ainsi que les personnes à risque (Source : Portail santé mieux-être).

Aide-mémoire pour vous protéger des effets de la chaleur (PDF – Source : Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec) :

  • assurez-vous de boire 6 à 8 verres d’eau par jour ou selon les indications du médecin;
  • passez au moins 2 heures par jour dans un endroit climatisé ou frais;
  • prenez au moins 1 douche ou 1 bain frais par jour ou rafraîchissez votre peau plusieurs fois par jour avec une serviette mouillée;
  • évitez l’alcool;
  • réduisez les efforts physiques;
  • portez des vêtements légers;
  • prenez des nouvelles de vos proches, surtout ceux qui sont en perte d’autonomie ou qui vivent seuls.

Pour les enfants, assurez-vous de (PDF – Source : Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec) :

  • lui faire boire de de l’eau toutes les 20 minutes;
  • rafraîchir sa peau plusieurs fois par jour avec une serviette mouillée;
  • lui faire prendre un bain ou une douche tiède au moins 2 fois par jour;
  • planifier des activités extérieures avant 10 h et après 15 h;
  • l’habiller avec des vêtements légers et de lui couvrir la tête d’un chapeau à large bord.
  • Pour le bébé allaité, donnez le sein plus souvent. Pour le bébé nourri au biberon, offrez de l’eau entre les boires. Ne laissez jamais un enfant ou un bébé seul dans une voiture ou une pièce mal aérée, même pour quelques minutes.

En cas de malaise, ou si vous avez des questions sur votre santé, appelez Info-Santé au 8-1-1 ou renseignez-vous auprès d’un professionnel de la santé.

En cas d’urgence, appelez le 9-1-1.

Protégez-vous de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme est causée par une bactérie qui se transmet par la piqûre d’une tique infectée.lyme_2016

Une tique mesure entre 1 et 3 millimètres avant de se nourrir de sang. Sa piqûre peut causer une rougeur qui s’étend rapidement à plus de 5 centimètres et qui peut ressembler à une cible. Si la maladie n’est pas traitée, elle peut causer de graves problèmes de santé dans les semaines, les mois ou les années qui suivent la piqûre.

Les tiques vivent plus particulièrement dans les forêts, les boisés et les herbes hautes et sont présentes dans plusieurs régions du Québec. Des tiques infectées ont notamment été trouvées dans certaines zones situées en Montérégie, en Estrie et dans le Centre-du-Québec.

Voici quelques façons de vous protéger des piqûres de tiques pendant vos activités extérieures :

  • marchez de préférence dans les sentiers et évitez les herbes hautes;
  • utilisez un chasse-moustiques à base de DEET ou d’icaridine sur les parties exposées de votre corps, en évitant le visage;
  • portez des vêtements de couleurs claires, car ils rendent les tiques plus visibles;
    portez un chapeau, des souliers fermés et des vêtements longs;
  • entrez le bas de votre pantalon dans vos chaussettes.

Si vous êtes piqué par une tique et qu’elle reste accrochée à votre peau, il est important de la retirer minutieusement dès que possible (dans les 24 heures suivant la piqûre) pour diminuer le risque de transmission de la maladie de Lyme.

Au retour d’une activité extérieure près des herbes hautes ou dans un endroit boisé, inspectez minutieusement tout votre corps et celui des enfants afin de vérifier si des tiques sont accrochées à la peau. Les tiques sont petites et parfois difficiles à voir. Examinez aussi vos animaux de compagnie, vos vêtements et votre équipement (sac à dos, manteau, etc.) avant d’entrer dans la maison. Une fois à l’intérieur, une tique pourrait piquer quelqu’un ou un animal.

Étapes à suivre pour retirer une tique de la peau

  1. Saisissez la tique à l’aide d’une pince en étant le plus près possible de la peau. Il est important de ne pas presser l’abdomen de la tique, car cela augmente le risque de transmission de la bactérie.
  2. Tirez la tique doucement et de façon continue, sans la tourner ni l’écraser.
  3. Nettoyez votre peau avec de l’eau et du savon, et lavez-vous bien les mains.
  4. Conservez la tique dans un contenant étanche. Inscrivez la date et le lieu où vous étiez lorsque vous avez été piqué ainsi que l’endroit de la piqûre sur votre corps. Ces informations pourraient être utilisées pour surveiller l’évolution de la maladie de Lyme au Québec.

Si vous présentez des symptômes de la maladie de Lyme dans les 30 jours après avoir été piqué, appelez Info-Santé 8-1-1 ou consultez un médecin et apportez-lui la tique.

Pour connaître les symptômes de la maladie de Lyme et les régions à risque, consultez le Portail santé mieux-être : www.sante.gouv.qc.ca ou le dépliant (PDF).

Campagne d’information du ministère de la Santé et des Services sociaux sur les directives médicales anticipées concernant les soins de fin de vie

Vous pouvez maintenant accepter ou refuser, à l’avance, des soins médicaux dans le cas où vous seriez inapte à consentir à des soins. Ces directives médicales anticipées servent à faire connaître vos volontés avant que vous ne soyez plus en mesure de les exprimer.

Si vous vous trouvez, un jour, dans une des situations cliniques énoncées dans la loi, vos choix seront respectés.

Pour en savoir plus sur la campagne, les situations, les soins visés ainsi que sur la démarche à suivre pour formuler dès maintenant vos directives médicales anticipées, visitez : sante.gouv.qc.ca

ou visionnez la vidéo explicative

ou consultez le dépliant

ou appelez : au 1 877 644-4545 (sans frais) ou 1 800 361-9596 (sans frais pour les personnes sourdes ou muettes – ATS)

Problème de santé?

8 1 1 pour parler à une infirmière en tout temps

Les infirmières d’Info-Santé sont disponibles tous les jours de l’année, 24 heures sur 24, pour vous conseiller sur un problème de santé et vous indiquer quand et qui consulter.

Les cliniques-réseau près de chez vous, ouvertes même les jours fériés.

Accès à des radiographies ou à des prises de sang pour les cas urgents.
Appelez avant de vous déplacer.

Téléchargez la liste des cliniques-réseau (PDF)

Ouest de Montréal  |   Centre de Montréal  | Est de Montréal


Ouest de Montréal

Centre d’urgence Salaberry
2758, rue de Salaberry, Galeries Normandie
514 337-4772

Centre médical Brunswick
955, boulevard Saint-Jean
514 426-6677

Centre de médecine familiale St-Laurent
1605, boul. Marcel-Laurin
514 747-2555

Clinique médicale Médistat
4965, rue Saint-Pierre
514 624-4774

Clinique médicale Le Plein Ciel
475, boul. de la Côte-Vertu
514 337-3171

Clinique médicale Statcare
175, avenue Stillview
514 694-9282

Groupe Santé Physimed
6363, route Transcanadienne, bureau 121
514 747-8888


Centre de Montréal

Centre de médecine familiale Herzl
5858, ch. de la Côte-des-Neiges,
5e étage, bureau 500
514 340-8311

Centre médical Métro Monk
2376, rue Allard
514 769-9999

Clinique de soins d’urgence Reine Elizabeth
2111, avenue Northcliffe
514 481-4343

Médico Centre Mont-Royal
4689, avenue Papineau
514 521-5555

Clinique médicale Diamant
5885, chemin de la Côte-des-Neiges, bureau 201
514 731-5994

Clinique médicale du Sud-Ouest
4475, rue Bannantyne
Verdun
514-765-3600

Clinique médicale Force Médic
1021, rue Jean-Talon Est, bureau 200
515 787-1818

Clinique médicale La Cité
300, rue Léo-Pariseau, bureau 900
514 281-1722

Clinique médicale Métro Médic Centre-Ville
1538, rue Sherbrooke Ouest, bureau 100
514 932-2122

Clinique médicale Plateau Mont-Royal
1374, avenue du Mont-Royal Est
514 527-3997

Clinique médicale 1851
1851, Sherbrooke Est, bureau 101
514 524-7564

Clinique-réseau Papineau
6930, avenue Papineau
514 722-0000

Polyclinique Coeur de l’Île
529, rue Jarry Est, bureau 201
514 277-4111

Groupe Santé Westmount Square
1, Westmount Square,
pavillon A, bureau c180
514 934-2334

Clinique-réseau intégrée UMF Verdun
4000, boulevard Lasalle, bureau 2101
514 765-7325


Est de Montréal

Centre médical Hochelaga
9080, rue Hochelaga
514 353-8742

Clinique Désy
5636, boul. Henri-Bourassa Est
514 326-9060

Clinique médicale Angus
4101, rue Molson, bureau 101
514 807-2333

Clinique médicale 3000
3000, rue Bélanger Est
514 376-7702

Clinique médicale Maisonneuve-Rosemont
5345, boulevard de l’Assomption, bureau RC-60
514 257-7000

Clinique médicale Viau inc.
4750, rue Jarry Est, bureau 204
514 326-7203

Polyclinique Cabrini
5700, rue Saint-Zotique Est, bureau 200
514 256-5700

Polyclinique-réseau Pointe-aux-Trembles
12905, rue Sherbrooke Est, bureau 103
514 498-4050

CLSC de St-Michel
3355, rue Jarry Est
514 722-3000

santemontreal.ca/fetes

Déménagement de l’urgence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont le 30 janvier

AVIS À LA POPULATION

BandeauSiteWeb-120x650-iusmm-ciusss

Le 30 janvier prochain, l’urgence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont emménagera dans son nouvel espace. Le transfert des activités vers la nouvelle urgence débutera à partir de 6 h du matin.

Pour l’occasion, et afin de faciliter le déménagement, nous sollicitons la collaboration du public et l’invitons à :

  • consulter une clinique médicale sans rendez-vous ou un autre hôpital du secteur. (Voir la liste des cliniques )
  • communiquer avec Info Santé au 811 en cas de problème de santé non urgent.

L’urgence demeure ouverte en tout temps.

Nous remercions la population pour sa collaboration.