Anxiété généralisée: la psychothérapie par visioconférence pourrait changer votre vie

La psychothérapie par visioconférence pourrait diminuer de façon significative les symptômes des personnes atteintes de trouble d’anxiété généralisée (TAG). C’est la conclusion d’une étude de cas unique réalisée par l’équipe d’André Marchand, chercheur à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) et professeur titulaire au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

«La thérapie cognitive et comportementale (TCC) est une approche efficace, reconnue au niveau international, pour traiter le TAG. Le problème, c’est que l’accès à ce traitement n’est pas toujours facile», affirme André Marchand. Selon une enquête menée dans 117 hôpitaux canadiens, seulement 18 cliniques, localisées dans les grands centres urbains, proposent des services spécialisés dans le traitement du TAG.

Comment rendre ce traitement accessible au plus de gens possible sans égard à la localisation géographique? «Nous avons cherché à savoir si l’utilisation de la visioconférence pourrait être efficace dans le traitement du TAG et ainsi pallier ce manque d’accès aux soins», explique Stéphanie Watts, étudiante au doctorat en psychologie à l’UQAM. «Des études cliniques et empiriques avaient déjà démontré l’efficacité de la visioconférence dans le traitement des troubles paniques ou de l’agoraphobie, pourquoi pas pour le TAG?»

En savoir plus sur l’étude

Impacts cérébraux d’une thérapie pour les gens atteints du syndrome de Gilles de la Tourette

En plus de son effet sur les tics chroniques, la thérapie cognitivo comportementale (TCC) permettrait de modifier le fonctionnement cérébral des personnes atteintes du syndrome de Gilles de la Tourette (SGT). C’est ce que nous apprend une étude réalisée par des chercheurs de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) et de l’Université de Montréal, dont les résultats sont présentés au 1st World Congress on Tourette Syndrome and Tic Disorders, qui se tient à Londres du 24 au 26 juin.

Le syndrome de Gilles de la Tourette (SGT) est un trouble neuropsychiatrique dont la principale caractéristique est la présence de tics moteurs et vocaux chez les patients qui en sont atteints. Un tic est généralement défini comme un mouvement ou une vocalisation semi-involontaire et sans but précis. «Il n’existe pas encore d’explication définitive des causes de ce syndrome, mais on sait que les tics sont liés à une mauvaise communication entre l’aire motrice supplémentaire, une région du cortex cérébral, et des régions plus profondes, qu’on appelle les noyaux gris centraux,» explique Simon Morand-Beaulieu, étudiant au Centre d’études sur les tics et les tocs de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et au Département de neurosciences de l’Université de Montréal.

En savoir plus sur l’étude

Pour information 
Catherine Dion
Agente d’information – relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Bureau : 514 251-4000, poste 2986 | Cell. : 514 235-4036
catherine.dion.iusmm@ssss.gouv.qc.ca