Le ministre Martin Coiteux se réjouit des investissements annoncés pour diminuer l’attente dans les urgences

Montréal, le 12 janvier 2018 – Dans le cadre du financement supplémentaire de 23,25 M$ annoncé par le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette, afin de désengorger les urgences, le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal, monsieur Martin Coiteux, se réjouit que les établissements de la région bénéficieront de ces mesures permettant d’optimiser l’utilisation des lits de courte durée dans les hôpitaux.

Dans la région de Montréal, ce sont environ 180 places extrahospitalières supplémentaires pour favoriser l’utilisation optimale des lits de courte durée qui seront développées. Ainsi, ce sont autant de lits de soins actifs qui se libèreront dans les centres hospitaliers.

« L’annonce d’aujourd’hui est une bonne nouvelle qui nous permettra de donner à la population, notamment aux aînés, un accès plus rapide à des services importants. Il s’agit d’un geste concret pour diminuer le temps d’attente dans les urgences, particulièrement en cette période hivernale propice à la propagation de virus.»

Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal

 

« Nous vivons actuellement une période d’achalandage particulière en raison de la faible efficacité présumée du vaccin de la grippe, une situation que nous ne pouvons pas contrôler. C’est pour faire face à cette situation, tout en continuant à diminuer l’attente dans nos urgences, que nous procédons aujourd’hui à cette annonce. Il y aura des effets positifs notables sur l’attente, tout en améliorant la fluidité des soins et des services pour la population. »

Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux

 

Faits saillants :

L’investissement annoncé par le ministre Barrette le 12 janvier permettra la création, au total, de 350 places supplémentaires dans différentes régions du Québec. Rappelons qu’en décembre 2016, un investissement global de 100 M$ avait été annoncé afin de désengorger les urgences et de diminuer le temps d’attente dans les hôpitaux.

La population est aussi invitée à utiliser, en tout temps, le service gratuit Info-Santé 811 pour obtenir des conseils pour des conditions mineures et ainsi éviter de se déplacer dans les urgences. Il est également suggéré de se rendre dans les groupes de médecine de famille (GMF) et les super-cliniques pour consulter un professionnel de la santé.

 

Renseignements :      

Marie-Ève Pelletier,
Directrice des communications et attachée de presse du ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal
418 691-2050

Un coup de pouce pour l’innovation de la recherche à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal

Félicitations à Marie-France Marin, chercheure et à Stéphane Guay, directeur de la recherche à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) qui viennent d’obtenir un financement de 274 469 $ du Fonds des Leaders John-R.-Evans de la Fondation canadienne pour l’innovation, pour l’installation de nouveaux laboratoires et d’équipements de mesures psychophysiologiques.

Selon Yvan Gendron, président-directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, « cet appui accordé aux chercheurs de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal constitue assurément une reconnaissance de l’excellence de leurs travaux. Il permettra d’améliorer notre compréhension des problèmes de santé mentale et nos interventions auprès des personnes qui en sont atteintes. »

Marie-France Marin

« Concrètement, cette subvention nous aidera à mettre sur pied un laboratoire de recherche pour étudier les mécanismes impliqués dans l’apprentissage de la peur par observation chez les enfants, » explique Marie-France Marin qui est également professeure adjointe au Département de psychiatrie de l’Université de Montréal. « Ainsi, nous pourrons entreprendre des études afin de mieux comprendre les facteurs environnementaux et familiaux qui influent sur la transmission des peurs et du trauma entre les générations. »

Stéphane Guay

« Ces installations ainsi que les équipements mobiles associés pourront être utilisés par d’autres chercheurs et étudiants du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, » souligne Stéphane Guay qui est aussi professeur à l’École de criminologie de l’Université de Montréal. « C’est un apport significatif pour notre organisation qui favorisera le développement de nouvelles expertises en santé mentale. »

Dans les faits, ce financement permettra l’aménagement d’une salle d’observation, l’achat de matériel de mesures psychophysiologique (rythme cardiaque, tension artérielle, etc.) et l’acquisition d’ordinateurs.

Ces initiatives sont rendues possibles grâce à la participation financière du Gouvernement du Québec et celle de la Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal.

Les récipiendaires du Fonds des Leaders John-R.-Evans doivent être des chefs de file reconnus dans leurs domaines de recherche respectifs ou qui ont la capacité de faire preuve – d’excellence dans le domaine de la recherche proposé. Également, ils doivent être engagés, ou sur le point de l’être, dans un programme de recherche ou de développement technologique original, de haute qualité et concurrentiel sur la scène internationale

Le Fonds des leaders John‑R.‑Evans (FLJE) appuiera 94 projets de 33 universités canadiennes dans le cadre du présent cycle de financement. Administré par le gouvernement fédéral par l’entremise de la FCI, le FLJE a pour objet d’aider les universités à recruter et à maintenir en poste les meilleurs chercheurs du monde. Les subventions du présent cycle totalisent près de 20 millions de dollars.

Campagne d’information du ministère de la Santé et des Services sociaux sur les directives médicales anticipées concernant les soins de fin de vie

Vous pouvez maintenant accepter ou refuser, à l’avance, des soins médicaux dans le cas où vous seriez inapte à consentir à des soins. Ces directives médicales anticipées servent à faire connaître vos volontés avant que vous ne soyez plus en mesure de les exprimer.

Si vous vous trouvez, un jour, dans une des situations cliniques énoncées dans la loi, vos choix seront respectés.

Pour en savoir plus sur la campagne, les situations, les soins visés ainsi que sur la démarche à suivre pour formuler dès maintenant vos directives médicales anticipées, visitez : sante.gouv.qc.ca

ou visionnez la vidéo explicative

ou consultez le dépliant

ou appelez : au 1 877 644-4545 (sans frais) ou 1 800 361-9596 (sans frais pour les personnes sourdes ou muettes – ATS)

Consultation pour le renouvellement de la Politique québécoise de la jeunesse

Le 17 juin 2015, le gouvernement du Québec a lancé une consultation en vue du renouvellement de la Politique québécoise de la jeunesse et de sa .

vignette-web-politique-jeunesse-300x200Jusqu’au 1er octobre 2015, le gouvernement invite les organismes qui représentent des jeunes ou qui leur offrent des services, les groupes de recherche intéressés par les enjeux jeunesse ainsi que la population en général à se prononcer sur les thématiques que devraient aborder la prochaine Politique jeunesse.

Pour plus de renseignements, consultez  le site Web du Secrétariat à la jeunesse.

Documents disponibles

Faits saillants (PDF)
État et évolution de la situation des Québécois âgés de 15 à 29 ans 1996 à 2012 (PDF)