Inhibition des HDAC de classe III

Vers une meilleure compréhension des mécanismes bloquant la croissance des cellules cancéreuses

Les dommages à l’ADN peuvent conduire à l’inactivation ou à la dérégulation de gènes et causer diverses maladies telles que le cancer. Plusieurs mécanismes de réparation de l’ADN permettent par contre aux cellules de survivre à ces dommages. Or, une étude dirigée par Antoine Simoneau, du laboratoire d‘Hugo Wurtele, chercheur en immunologie-oncologie à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, affilié à l’Université de Montréal) et récemment publiée dans la prestigieuse revue Nucleic Acids Research, fournit de précieux renseignements sur certains mécanismes gouvernant la réparation de l’ADN. Ces travaux, fruit de la collaboration entre plusieurs établissements, ouvrent aussi la voie à une meilleure compréhension des mécanismes d’action des médicaments qui préviennent la croissance des cellules cancéreuses.

La recherche

Hugo Wurtele, chercheur
Hugo Wurtele, chercheur

Afin de s’adapter à la taille restreinte du noyau cellulaire, l’ADN est enroulé autour de protéines appelées histones pour former la chromatine. Les cellules peuvent modifier chimiquement les histones, de façon à changer la structure de la chromatine et ainsi réguler les diverses fonctions de l’ADN. Des recherches récentes montrent que de nouveaux médicaments du type inhibiteurs de déacétylases d’histones (HDAC), qui influencent la chromatine, sont prometteurs pour le traitement du cancer.

Les recherches de l’équipe du Dr Hugo Wurtele et de ses collaborateurs ont utilisé la levure comme système modèle pour comprendre, au niveau moléculaire, les mécanismes qui influencent la croissance cellulaire en présence d’une classe particulière d’inhibiteurs d’HDAC.

Ses expériences démontrent que l’inhibition des HDAC de classe III, qui influencent divers processus cellulaires impliqués dans la carcinogénèse et la réponse aux agents de chimiothérapie, bloque fortement la prolifération des cellules en prévenant le fonctionnement normal de divers facteurs impliqués dans la réponse aux dommages à l’ADN générés de façon spontanée par le métabolisme cellulaire.

« Ces recherches fondamentales permettent une meilleure compréhension des effets globaux des inhibiteurs de HDAC sur les cellules, et pourraient conduire, à terme, à une optimisation de leur utilisation en clinique », explique Dr Wurtele.

Ces observations guideront les études à venir du laboratoire de Dr Wurtele pour tenter de déterminer comment cette nouvelle classe de médicament inhibe la croissance des cellules cancéreuses.

Fruit d’une collaboration

Cette étude est une collaboration entre les groupes de recherche d’Hugo Wurtele (Hôpital Maisonneuve-RosemontUniversité de Montréal), Martine Raymond (IRIC-Université de Montréal), Corey Nislow et Gury Giaever (University of British Columbia), et d’Adnane Sellam (chercheur au CHUQ/Université Laval).

Financement de ces travaux

Cette recherche a reçu des fonds des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), de l’Institut Mérieux et a bénéficié d’un octroi de la Fondation Cole.

Les médias en parlent…
TVA.ca
Eureka Alert
UdeM Nouvelles
Canoe.ca

Pour information et entrevues 

Florence Meney – Équipe relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Cell. : 514 755-2516
fmeney.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Forum de participation citoyenne sur les urgences – Pourquoi l’urgence?

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-EMtl) tient aujourd’hui un premier forum animé par l’Institut du Nouveau Monde (INM) au cours duquel les citoyens, les acteurs du milieu communautaire, politique ou institutionnel ainsi que les professionnels de la santé sont invités à réfléchir ensemble aux moyens d’améliorer la fluidité des soins de santé sur le territoire de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

logo-partcitoy-forum-250x25À l’occasion du réaménagement de la salle d’urgence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, dont la fin des travaux est prévue pour janvier 2016, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Est-de-l’Île-de-Montréal a fait appel à l’INM pour contribuer à l’organisation et animer un forum participatif afin de faire le point sur les habitudes des usagers et les solutions de rechange possibles au recours à l’urgence.

« Ce forum est une première étape concrète qui témoigne de la volonté de notre organisation de se rapprocher de la communauté, de la population. Elle nous permettra d’être plus près pour mieux comprendre et donc pour mieux répondre aux besoins. » déclare Denise Fortin, présidente-directrice générale adjointe du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

logo-inmMichel Venne, directeur général de l’INM, explique la vision et les objectifs de la démarche : « La meilleure manière d’élaborer des solutions concrètes et durables est de tenir un réel dialogue avec l’ensemble des parties prenantes, ce qui veut dire autant les usagers que les professionnels de la santé ou les acteurs du milieu qui offrent des services à la population au quotidien. Nous souhaitons que chacun réfléchisse à comment il peut contribuer à créer ou à utiliser d’autres portes d’entrée que l’urgence lorsqu’un besoin en santé se présente. »

Les parties prenantes ne pouvant être présentes au Forum sont invitées à participer aux échanges sur Twitter avec l’aide du mot-clic #ForumUrgences.

Pour consulter le programme de la journée, cliquez ici (PDF).

Les médias en parlent…
Radio-Canada – 15-18
Journal de Rosemont 

Pour plus d’information ou pour des demandes d’entrevues :

Florence Meney – Relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
fmeney.iusmm@ssss.gouv.qc.ca I Cell. : 514 755-2516

Sophie Seguin-Lamarche, directrice des communications à l’Institut du Nouveau Monde
sophie.seguin@inm.qc.ca | Bur.: 514 934-5999 poste 262 | Cell.: 514 943-7893

Un précieux coup de pouce octroyé au Dr El Bachir Affar

El-Bachir-Affar-250Les travaux du Dr El Bachir Affar, chercheur en Immunologie-oncologie à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et membre de la faculté de médecine de l’Université de Montréal, viennent de recevoir un précieux coup de pouce grâce à un octroi de 75 000 dollars américains de la fondation Mesothelioma Applied Research Foundation (Meso Foundation).

Cette fondation américaine a pour vocation de nourrir et d’encourager la recherche, les soins et la connaissance de cette maladie.

Le mésothéliome est une forme rare et virulente de cancer des surfaces mésothéliales qui affecte le revêtement des poumons(la plèvre), de la cavité abdominale (le péritoine) ou l’enveloppe du cœur (le péricarde).

La fondation se dit particulièrement enthousiaste face aux efforts de Dr El Bachir Affar et de son équipe pour faire avancer la connaissance et les avenues de traitements de cette affection dévastatrice.

Une étudiante en médecine moléculaire à l’honneur

La prestigieuse publication scientifique américaine Journal of Biological Chemistry (JBC) a récemment mis en vedette une de nos étudiantes en biochimie et médecine moléculaire (Université de Montréal) et jeune chercheuse au laboratoire du Dr. El Bachir Affar au centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (une installation du CIUSSS de l’Est-de-l’’Île-de-Montréal)

Salima-Daou-250x250Salima Daou en effet fait l’objet d’une mention spéciale (highlight) dans la publication JBC pour ses travaux sur les mécanismes complexes entourant le dérèglement des cellules qui mène au cancer (Tumor Suppressor BAP1 Forms Complexes with Two Transcriptional Regulators That Get Disrupted in Cancer)

Salima explique avoir été de tous temps fascinée par les mécanismes cellulaires et leurs liens avec les problèmes de santé.

Félicitations à cette jeune scientifique de talent!

Traitement par immunothérapie des lymphomes associés au virus d’Epstein-Barr : Un premier feu vert de Santé Canada au Centre d’excellence en thérapie cellulaire de Maisonneuve-Rosemont

Imaginez que votre système immunitaire puisse être éduqué pour être capable de reconnaître des maladies spécifiques et ainsi les détruire. De la science-fiction ou tout au moins de l’anticipation ? Plus maintenant.

Delisle-JS-250x250Santé Canada a en effet récemment approuvé pour la première fois au Canada un projet clinique pour une étude de phase I visant à traiter des lymphomes associés au virus EBV (virus d’Epstein-Barr) par le biais d’une immunothérapie adoptive cellulaire spécifique contre le virus. C’est le Dr Jean-Sébastien Delisle et son équipe du Centre d’excellence en thérapie cellulaire (CETC) et du Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal), affilié à l’Université de Montréal, qui piloteront ces essais.
En simple, en adaptant des méthodes initialement développées aux États-Unis au CETC, le projet vise à redonner aux patients immuno-supprimés les moyens immunitaires de combattre le virus EBV. Ce virus dont la plupart des gens sont porteurs et qui cause la mononucléose chez une personne saine, peut causer des lymphomes mortels, notamment chez un patient immuno-supprimé.

« Nous commençons par l’EBV, a déclaré le Dr Delisle, mais une fois la preuve faite que ce produit cellulaire est sécuritaire, nous pourrons nous attaquer à tous les virus qui peuvent mettre en péril la santé des patients et à d’autres cibles, par exemple celles qu’expriment les tumeurs. »

Comment ?

Des cellules sont prélevées et mises en culture pendant près de deux semaines. Cette culture, combinée avec divers stimulants, permet de ne stimuler que les cellules qui sont à même de reconnaitre le virus ciblé. Cette sorte de super-soupe de lymphocytes T répondant très fortement au virus, constitue alors une véritable armée contre le virus. Prête à la bataille, elle est ensuite injectée au patient.

Une première phase cruciale

La première phase des essais qui vient de recevoir le feu vert de Santé Canada a pour objectif de s’assurer que le traitement soit bien toléré par les patients. Cependant, elle fournira aussi des indices précieux sur les effets bénéfiques du traitement. Si l’effet primaire est de combattre la réapparition du virus, il faut aussi savoir qu’EBV est aussi oncogène: il peut provoquer l’apparition de cellules cancéreuses. Il y a donc un effet additionnel, celui de réduire les risques de rechute ou transformation. Bien que le Dr Delisle ait stratégiquement entamé les essais contre le virus EBV, une fois la sécurité chez les patients démontrée, la même production pourra être appliquée a n’importe quel virus commun et il est même envisageable d’éduquer la culture cellulaire contre plusieurs virus à la fois et envisager ainsi une solution « tout-en-un ».

À propos du CETC

Le CETC, l’un des plus important centre de thérapie cellulaire au pays, est à l’avant-garde de la recherche sur les cellules souches, le système immunitaire et le cancer. L’objectif premier est de mettre au point des traitements pour différentes maladies, comme la leucémie, les lymphomes, les myélomes, la dégénérescence maculaire, la reconstruction articulaire, le diabète, la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer. Il joue également un rôle majeur dans la formation de jeunes chercheurs et établit un pont entre la recherche fondamentale et la recherche clinique.

Les médias en parlent…
Radio-Canada International
UdeM Nouvelles
Canoe.ca
TVA.ca
Eureka Alert
La Presse +
Journal Métro
Radio-Canada – Les Éclaireurs

Pour information et entrevues

Florence Meney – Relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Cell. : 514 755-2516
fmeney.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Déménagement de l’urgence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont le 30 janvier

AVIS À LA POPULATION

BandeauSiteWeb-120x650-iusmm-ciusss

Le 30 janvier prochain, l’urgence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont emménagera dans son nouvel espace. Le transfert des activités vers la nouvelle urgence débutera à partir de 6 h du matin.

Pour l’occasion, et afin de faciliter le déménagement, nous sollicitons la collaboration du public et l’invitons à :

  • consulter une clinique médicale sans rendez-vous ou un autre hôpital du secteur. (Voir la liste des cliniques )
  • communiquer avec Info Santé au 811 en cas de problème de santé non urgent.

L’urgence demeure ouverte en tout temps.

Nous remercions la population pour sa collaboration.

Simulation de la chirurgie ouverte en orthopédie

Une technologie unique au monde mise au point avec l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Unique au monde, un simulateur pour la formation en chirurgie ouverte orthopédique (reconstruction du genou par arthroplastie totale), vient d’être mis au point par Les Technologies OSSim Inc., en partenariat avec trois chirurgiens orthopédistes de l’Université de Montréal dont le Dr Marc Isler et le Dr Vincent Massé de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (CIUSSS de l’Est-de-l’île-de-Montréal), ainsi que la Dre Véronique Godbout, du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).

SimK-small-250

Le premier simulateur de réalité virtuelle en chirurgie ouverte en orthopédie, le SIM-KTM, permettra dorénavant aux résidents en orthopédie de travailler leur confiance en soi et de développer leur dextérité en s’exerçant à forer et à scier des os. Le simulateur SIM-KTM représente un outil de formation fantastique pour la communauté d’enseignement médicale. Cette technologie sera utilisée par le Programme de formation universitaire en chirurgie orthopédique de l’Université de Montréal et à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, pôle important en enseignement de l’arthroplastie au Québec.

Des bénéfices pour les patients

Dr Marc Isler
Dr Marc Isler

Chaque année, des milliers de patients bénéficient d’un remplacement articulaire du genou (prothèse totale ou arthroplastie). Pour les résidents en chirurgie orthopédique, ces simulations sans risque seront un outil précieux et contribueront en outre à réduire le stress lié à l’apprentissage de leur art. L’utilisation du simulateur SIM-KTM permettra à ces résidents d’acquérir certaines compétences psychomotrices de base pour leur permettre de se concentrer sur l’ensemble de la chirurgie et ainsi de minimiser le risque de complications pour les patients.

Quelques données

Dr Vincent Massé
Dr Vincent Massé
  • Les remplacements articulaires améliorent la qualité de vie des personnes qui souffrent de douleur chronique en les aidant à fonctionner de manière autonome.
  • Entre 2006-2007 et 2010-2011, le nombre de remplacements du genou a progressé de 15 % au Canada. Avec le vieillissement de la population, ce chiffre est appelé à augmenter.
  • L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont accueille une quarantaine de résidents orthopédiques.

Communiqué (PDF)

Les médias en parlent…
La Presse +
Canoe.ca
UdeM Nouvelles
Journal Métro
TVA Nouvelles
Radio-Canada
CTV News
Eureka Alert
CBC

Pour information et entrevues

Florence Meney – Relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Cell. : 514 755-2516
fmeney.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Un prix pour l’équipe suprarégionale en cancer du sein de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

prix-cancerologie-2015-250Dans la catégorie bonnes nouvelles, c’est avec fierté que le CIUSSS de l’Est-de-l’île de Montréal tient à féliciter l’équipe suprarégionale en cancer du sein de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont qui s’est vu décerner tout récemment un Prix québécois de cancérologie 2015. Ce prix s’inscrit dans la catégorie Implication des personnes touchées par le cancer pour l’intégration des patientes-partenaires aux classes de préchirurgie du sein.

Merci à toute l’équipe de votre travail soutenu qui a un impact sur les soins et sur nos patientes. Et encore bravo!

Nomination du Docteur Denis Claude Roy à titre de directeur de la recherche

Le 23 novembre 2015

Docteur Denis Claude Roy nommé au poste de directeur de la recherche

Le président-directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS), monsieur Yvan Gendron, a le plaisir d’annoncer la nomination du docteur Denis Claude Roy à titre de directeur de la recherche.

Relevant du président-directeur général, Dr Roy aura la responsabilité de planifier et veiller au développement et à la mobilisation de l’ensemble des ressources humaines sous sa responsabilité, dans l’objectif de pouvoir relever les défis d’une organisation d’envergure. Il assumera la responsabilité de positionner stratégiquement la gestion des centres de recherche par une approche intégrée en regroupant la recherche fondamentale translationnelle, clinique, épidémiologique et évaluative. Il devra favoriser l’interdisciplinarité de la recherche et la création d’équipes multidisciplinaires. Il aura un rôle-conseil et de soutien auprès de l’ensemble des directions cliniques du CIUSSS, et évoluera en étroite collaboration avec l’Université de Montréal et la Faculté de médecine et des sciences de la santé en plus de veiller au bon fonctionnement du comité d’éthique à la recherche.

Médecin formé à l’Université de Montréal et doté d’une spécialité en hématologie, Dr Roy a également suivi une formation postdoctorale en immunologie tumorale à la Harvard University, au Dana-Farber Cancer Institute de Boston. Chercheur au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et clinicien-greffeur depuis 1990, il y a progressivement assumé des tâches de direction. Durant une dizaine d’années, il a été directeur du programme clinique d’autogreffe de cellules souches. Dès son arrivée, Dr Roy a créé le laboratoire de thérapie cellulaire, l’actuel Centre d’excellence en thérapie cellulaire (CETC), où il assume, depuis sept ans, la fonction de directeur scientifique. Depuis 2006, Dr Roy est directeur de la recherche du Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Docteur Denis Claude Roy est professeur titulaire et chercheur clinicien à l’Université de Montréal. Il a également contribué à la création de la Société de gestion du Centre d’excellence en thérapie cellulaire, dont il est le de directeur général intérimaire, et à celle du réseau CellCAN de médecine régénératrice et de thérapie cellulaire, dont il est aussi le directeur. Il a de plus assumé la direction du bras clinique et thérapeutique du réseau canadien de cellules souches, et codirige le réseau québécois de thérapie cellulaire ThéCell. Enfin, il est membre associé de l’Institut de cardiologie de Montréal, en tant que spécialiste des nouveaux traitements en clinique.

Initié par la Direction générale du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, le concours visant à doter ce poste s’est déroulé selon un processus formel et rigoureux de sélection à la suite d’un appel de candidatures public. Nous souhaitons la bienvenue au Dr Roy et tout le succès possible au sein de notre CIUSSS.

C’est à compter d’aujourd’hui que Dr Denis Claude Roy assumera ses nouvelles fonctions. Son bureau sera situé au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Yvan Gendron
Président-directeur général

Reconstruction faciale

Une première canadienne à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Reconstruire un visage sans aucune cicatrice, c’est désormais une réalité. Une équipe de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, vient en effet de réaliser une première canadienne dans le domaine de la chirurgie plastique. Dans une intervention de huit heures sur un patient adulte, l’équipe du Dr Daniel Borsuk a effectué une reconstruction du visage en utilisant une chirurgie virtuelle, des modèles 3D, le prélèvement de l’os du bassin vascularisé et son sculptage pour l’adapter au visage, et enfin la transplantation au visage par l’intérieur de la bouche, le tout sans laisser de cicatrice.

Une telle procédure aurait auparavant nécessité plusieurs interventions et laissé une ou plusieurs cicatrices.

Borsuk-250x250« Cette intervention, qui a mis les technologies les plus novatrices au service de la chirurgie plastique reconstructive, constitue un message d’espoir pour ceux et celles qui se pensent condamnés à accepter de vivre à jamais avec un tel handicap et qui, souvent, se sentant différents, s’isolent », a déclaré le Dr Borsuk., professeur adjoint en chirurgie plastique à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.

Depuis plus de 25 ans, l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et la Faculté de médecine de l’Université de Montréal jouent un rôle important dans le domaine de la chirurgie plastique et travaillent sans relâche à parfaire les techniques d’intervention pour les mettre au service des patients.

Dr Borsuk avait déjà participé à l’un des grands jalons de l’histoire de la chirurgie reconstructive du visage en étant le seul médecin Canadien à faire partie d’une équipe américaine de greffe faciale. En 2012, Dr Borsuk a ainsi participé à la plus importante greffe du visage jamais effectuée, sur un homme de 37 ans défiguré par une blessure par balle.

À propos de Daniel Borsuk

Dr Borsuk a obtenu ses diplômes B.Sc., MBA et M.D. à l’Université McGill avant de suivre sa formation en chirurgie plastique et reconstructive à l’Université de Montréal, sous la direction de Dre Patricia Bortoluzzi. Par la suite, il a complété sa sous-spécialité en chirurgie cranio-maxillo-faciale et sa microchirurgie adulte et pédiatrique à l’Université Johns Hopkins et au R. Adams Cowley Shock Trauma Center à Baltimore, au Maryland.

Source et demandes d’entrevues

Florence Meney
Agente d’information – relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Cell. : 514 755-2516
fmeney.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Les médias en parlent…
UdeM Nouvelles
Journal de Montréal
Canoe.ca
The Gazette
Eurasia Review
Science World Report
Et Health World
Science 2.0
India Today
Medical Xpress
CJAD – Barry Morgan show
Radio-Canada.ca
3D Print
Santé Log
Science et Avenir