Nos experts jeunesse en vedette

Première nuit, premier repas, premiers mots. La vie de bébé est jalonnée de ces « premières fois » qui soulèvent bien des questionnements et des inquiétudes pour ses parents. Plusieurs experts du Programme jeunesse du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal ont contribué à cette série d’articles sur les défis de la petite enfance publiés au courant des dernières semaines dans la Presse+.

La première fois que bébé dort…
Experte : Sandra Faria, infirmière clinicienne, Service de santé parentale et infantile au CLSC Saint-Michel

La première fois que bébé mange…
Experte : Hélène Hénault, diététiste-nutritionniste, Service de promotion et prévention, périnatalité et petite enfance au CLSC Hochelaga

La première fois que bébé va à la garderie…
Experte : Corinne Ste-Marie, psychoéducatrice, Service réadaptation et Crise ado-famille-enfance (CAFE) au CLSC St-Michel

La première fois que bébé parle…
Experte : Eve Bargone-Fisette, orthophoniste au Service de promotion et prévention, périnatalité et petite enfance au CLSC Hochelaga

L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont au cœur de la prochaine saison de la série De garde 24/7

Depuis le mois de février, l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, une installation du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal accueille l’équipe de tournage de l’excellente série documentaire De garde 24/7, qui sera diffusée à Télé-Québec cet automne. La série, qui est consacrée au quotidien de grands hôpitaux et de leur personnel et médecins, a été acclamée par la critique et les téléspectateurs. Réalisée par Avanti Ciné Vidéo, elle en est à sa troisième saison.

«Cet excellent projet permet de mieux faire comprendre au public les dessous de notre système de santé et la place cruciale de chaque membre du personnel et médecin dans le travail quotidien pour prodiguer des soins et services aux usagers», s’est réjoui Yvan Gendron, président-directeur général du CIUSSS-EMTL.

Cette fois, c’est dans notre CIUSSS que la série permettra au public de découvrir la réalité de la médecine actuelle à travers les yeux des médecins et de tout le personnel médical en action, entre autres, à l’urgence, au bloc opératoire, aux soins intensifs, en néonatalogie et au sein des départements et services.
L’équipe de tournage évoluera en toute discrétion afin de capter la réalité de l’hôpital, sans jamais entraver le bon déroulement des soins et services offerts aux patients.

Communiqué complet

 

Pour plus d’information et entrevues

Florence Meney – Relations avec les médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Cell. : 514 755-2516
fmeney.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Catherine Leboeuf
Télé-Québec
Bur. : 514 521-2424,  #2127
cleboeuf@telequebec.tv

 

Un honneur prestigieux pour André Marchand

Dans le cadre de son plus récent congrès, la Société québécoise pour la recherche en psychologie (SQRP) a remis à André Marchand, chercheur au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CRIUSMM) le prestigieux prix Adrien Pinard afin de souligner son immense contribution à l’avancement des connaissances concernant la prévention et le traitement des troubles anxieux et du trouble de stress post-traumatique.

Un exemple éloquent de la portée de sa contribution est la publication du livre « La peur d’avoir peur », un manuel d’auto-traitement du trouble panique et de l’agoraphobie basé sur les données probantes, qui a été vendu à plus de 60 000 exemplaires à travers le monde et ce, dans trois langues.

« Professeur au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal, monsieur Marchand a évidemment une feuille de route impressionnante, mais surtout une carrière très inspirante. Il est un auteur extrêmement prolifique, ayant publié près de 200 articles. Ses travaux ont été subventionnés par plusieurs organismes, dont les IRSC et le CRSH, sans interruption pendant plus de 25 ans. Il a eu un effet structurant sur la recherche, il a co-dirigé le Centre d’étude sur le trauma, formé des dizaines d’étudiants, dont plusieurs sont aujourd’hui professeurs. Tout au long de sa carrière il contribué de façon exceptionnelle au transfert des connaissances pour améliorer les pratiques d’intervention. C’est donc tout naturel que la SQRP lui décerne le prix Adrien Pinard en reconnaissance de cette carrière exceptionnelle. »
– Isabelle Blanchette, présidente sortante de la SRQP

« Pour moi, André Marchand incarne le modèle idéal du chercheur-clinicien. Ses recherches ont toujours été à l’avant-garde et ont invariablement comblé un besoin chez les personnes aux prises avec un trouble anxieux ou un trouble de stress post-traumatique. De plus, son souci de transmission de connaissances auprès des chercheurs, étudiants et cliniciens a été constant, depuis le tout début de sa carrière. »
– Stéphane Guay, directeur scientifique du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal

Félicitations à monsieur Marchand pour cette belle reconnaissance!

Maladies de l’œil : Mike Sapieha, lauréat du prix 2017 du jeune chercheur de l’Association canadienne des neurosciences

Le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal est fier d’annoncer que l’un de ses chercheurs, Mike Sapieha, est lauréat du prix 2017 du jeune chercheur de l’Association canadienne des neurosciences (ACN) pour ses réalisations remarquables dans le domaine réalisées dès le début de sa fructueuse carrière.

Dr Przemyslaw (Mike) Sapieha
Dr Przemyslaw (Mike) Sapieha

Directeur de l’Unité de recherche des maladies neurovasculaires oculaires du Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en biologie cellulaire de la rétine, Mike Sapieha est également professeur aux départements d’ophtalmologie et de biochimie et médecine moléculaire de l’Université de Montréal.

Les récents travaux de Dr Sapieha font avancer la connaissance des causes fondamentales de maladies vasculaires de la rétine telles que la rétinopathie diabétique et la dégénérescence maculaire liée à l’âge, des affections souvent gravissimes et qui représentent la première cause de perte de la vision dans les pays développés.

« Ces maladies de l’œil, souvent invalidantes, représentent un véritable défi, un enjeu pour notre société vieillissante, » a déclaré Yvan Gendron, président-directeur général du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, ajoutant que « la lumière que jettent les travaux de Dr Sapieha sur leurs mécanismes revêt donc une importance fondamentale ».

La distinction sera officiellement remise au chercheur dans le cadre du prochain congrès annuel de l’ACN, le 30 mai prochain à Montréal.

Pour plus d’information
Florence Meney – Relations avec les médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
514 755-2516
fmeney.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Nouvelle chaire de recherche en santé mentale et travail

Santé mentale et travail : une nouvelle chaire de recherche pour mieux outiller travailleurs, employeurs et autres acteurs du retour au travail

Montréal, le 3 avril 2017 – La Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale, en partenariat avec la Banque Nationale et iA Groupe financier, lancen­t aujourd’hui la Chaire de recherche en santé mentale et travail, une première au Québec. Cette chaire, dotée d’un fonds de départ de 1,4 million $, sera dirigée par Marc Corbière, chercheur à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) et professeur titulaire au Département d‘éducation et pédagogie – Counseling de carrière de l’Université du Québec à Montréal.

L’objectif de la création de cette chaire est de mettre au point de nouvelles stratégies d’intervention efficaces afin d’aider non seulement les employés aux prises avec la maladie, mais également tous les autres acteurs concernés tels que les gestionnaires, les professionnels en ressources humaines, les intervenants en santé mentale, les collègues de travail, les syndicats et les assureurs.

« Il est nécessaire que tous ces acteurs clés connaissent bien leur rôle, puissent avoir accès rapidement aux informations concernant l’employé et soient en mesure de communiquer entre eux, autant durant le congé de maladie que pendant le retour progressif ou la réinsertion sur le marché du travail régulier, » explique M. Corbière, le titulaire de cette nouvelle chaire.

Pour atteindre cet objectif, le chercheur promet de développer des outils pratiques tels des questionnaires et des applications mobiles qui amélioreront les interventions en milieu de travail et favoriseront un retour durable et en santé pour les employés en absence.

« Le développement des connaissances dans le domaine de la santé mentale et du travail doit nécessairement reposer sur la science, sur des données probantes, sur une revue des approches innovantes partout dans le monde, sur des expertises spécifiques. Voilà pourquoi je me réjouis de la création de cette chaire et du soutien qu’elle obtient de la Banque Nationale et de iA Groupe financier, » affirme M. Yvan Gendron, président-directeur général du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

Accroître le bien-être des employés

Dans une société industrialisée comme le Québec, les organisations sont de plus en plus confrontées aux problèmes de santé mentale en milieu de travail. En rendant possible la création de la chaire, la Banque Nationale et iA Groupe financier espèrent contribuer à réduire la stigmatisation entourant la divulgation du trouble de santé mental en milieu de travail.

De son côté, la Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal se réjouit des retombées espérées d’un tel investissement au niveau de la recherche en santé mentale et travail.

« Grâce à la création de cette chaire, les organisations pourront, dans un avenir rapproché, repérer et soutenir plus efficacement les personnes aux prises avec un trouble de santé mental et ainsi faciliter leur retour au travail ou leur maintien en emploi, » soutien Martin Gagnon, président du conseil d’administration de la Fondation.

Pour en apprendre davantage sur la chaire, visitez le santementaletravail.ca.

Voici quelques faits saillants : 

  • En 2011, 21,4% de la population active étaient aux prises avec un trouble de santé mentale.
  • Au moins 30 % des absences au travail sont dues à des problèmes de santé mentale.
  • Selon l’Organisation mondiale de la santé, la dépression deviendra en 2020 la première cause d’invalidité.
  • Parmi les personnes atteintes d’un trouble de santé mentale plus sévère et qui tentent de réintégrer le marché du travail, 40 % échouent et ce, malgré l’accès à des interventions qui ont fait leurs preuves.
  • Les troubles de santé mentale représentent environ 51 milliards de dollars par année, non seulement en frais médicaux, mais aussi en perte de productivité pour les organisations canadiennes et de baisse significative de la qualité de vie des personnes concernées.

À propos de la Fondation de lInstitut universitaire en santé mentale de Montréal

La Fondation s’engage à soutenir des projets cliniques et scientifiques qui ne visent plus uniquement à diminuer les symptômes de la maladie mentale et à traiter la clientèle, mais à assurer le rétablissement de la personne de façon à maintenir un lien solide avec sa communauté et ainsi favoriser sa réinsertion en société. unpeubeaucoupalafolie.org

À propos du CIUSSS de lEstdelÎledeMontréal

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l‘Île-de-Montréal (CIUSSS-EMTL) regroupe l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l’Hôpital Santa Cabrini, l’Institut Canadien-Polonais du Bien-Être et l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, de même que les centres de santé et services sociaux de Saint-Léonard et de Saint-Michel, de la Pointe-de-l’Île et Lucille-Teasdale. Affilié à l’Université de Montréal, le CIUSSS-EMTL conjugue les missions d’enseignement, d’évaluation et de recherche avec la formation de médecins et professionnels de la santé.

 

 

 

 

Pour information :
Samuel Campbell
Coordonnateur des communications et du marketing
Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal
Bureau : 514 251-4000, poste 2218 | Cell. : 514 265-7263

unpeubeaucoupalafolie.org
facebook.com/FIUSMM

Nouveau centre de dialyse de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Dialyse à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont – 53,5 M$ pour construire un nouveau pavillon

De gauche à droite : M. Jean Laurin, Président de la Fondation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont; M. Yvan Gendron, PDG du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal; Dre Martine Leblanc, Directrice des services professionnels du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal; M. Gaétan Barrette, Ministre de la Santé et des Services sociaux et M. Guy Breton, recteur de l’Université de Montréal

Dans le cadre des efforts pour améliorer l’accessibilité et la qu
alité des soins et des services offerts aux personnes souffrant de maladie chronique, le gouvernement du Québec investit 53,5 M$ pour la construction d’un nouveau pavillon à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR), qui sera entièrement consacré aux services de dialyse.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette, a procédé aujourd’hui à l’annonce de ce projet qui vient répondre à un besoin majeur de la population de la région de Montréal.
La construction de ce nouveau pavillon vise à réunir au sein d’un même édifice l’ensemble des activités du Service de dialyse de l’HMR, lesquelles sont actuellement réparties entre le rez-de-chaussée du Pavillon Rachel-Tourigny et des roulottes temporaires ajoutées au besoin à l’arrière de celui-ci.
Ce nouveau service de dialyse, d’une superficie de 7 049 m2 partagée sur trois étages, sera constitué de 74 stations de traitement. Sur le plan financier, le coût total du projet sera entièrement assumé par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Citations :

« En matière d’insuffisance rénale, la clientèle et les besoins ne cessent d’augmenter, et ce, partout au Québec. Ce projet témoigne de l’importance que nous accordons aux besoins de ces personnes, notamment en privilégiant des infrastructures qui offrent une solution permanente et moderne aux patients ainsi qu’au personnel qui les traite. Le service de dialyse centralisé de l’HMR, l’un des plus importants au Québec, mérite de profiter d’installations à la hauteur du travail qui s’y fait chaque jour. »

Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux

« Le projet annoncé est majeur et contribuera à accroître l’offre de service aux patients atteints d’insuffisance rénale de Montréal. L’investissement du gouvernement du Québec signifie que des soins de qualité seront fournis dans un cadre plus moderne et mieux adapté à leurs besoins. »

Martin Coiteux, ministre responsable de la région de Montréal

Faits saillants :

Le nouveau service de dialyse de l’HMR pourra compter sur une équipe multidisciplinaire constituée notamment :

  • de 14 néphrologues et de trois résidents en néphrologie;
  • de deux infirmières praticiennes spécialisées;
  • d’un pharmacien;
  • de deux diététistes;
  • et de trois techniciens en génie biomédical.

Les services d’hémodialyse seront offerts de 7 h 30 à 23 h 30, six jours par semaine, à raison de trois traitements par jour par station, alors que l’enseignement des modes de dialyse autonome sera ouvert cinq jours par semaine, de 8 h à 16 h.

Les 74 stations d’hémodialyse seront réparties comme suit :

  • 36 fauteuils de dialyse;
  • 10 fauteuils de dialyse en unité de transition vers les modes autonomes;
  • 12 fauteuils pour les patients hospitalisés;
  • 12 fauteuils pour les patients isolés;
  • et 4 fauteuils d’enseignement des modes de dialyse autonome.

Les travaux débuteront en juin 2017 et devraient se terminer en décembre 2018. Le déménagement des activités est prévu pour janvier 2019.

Les médias en parlent…
La Presse
Journal de Montréal
Radio-Canada – Nouvelles
Le Devoir
TVA – Nouvelles
Journal Métro
Radio-Canada – 15-18
Flambeau de l’Est