Votez pour les Prix Mammouth 


La Dre Cynthia Qian, chirurgienne rétinologue au Centre d’excellence en ophtalmologie de l’Université de Montréal à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (CUO) est en nomination pour un prix Mammouth 2017 pour le dynamisme de sa carrière et sa participation, avec son collègue Dr Flavio Rezende, au succès de la première implantation au Québec d’une prothèse rétinienne chez une patiente aveugle.

À souligner également qu’Audrey Gélinas, une jeune femme atteinte du Rothmund-Thomson qui est présentement traitée par l’équipe du Département d’oncologie de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont est également en nomination pour entres autre ses vidéos inspirantes sur le web et le fait qu’elle a reçu la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour sa détermination et son implication.

Les prix Mammouth récompensent des actions positives réalisées durant l’année par des personnalités, connues ou non du grand public, qui inspirent les jeunes québécois.

Les gagnants seront dévoilés le 15 décembre prochain à 20h dans le cadre d’un gala télévisé présenté sur les ondes de Télé-Québec.

Allez-y, jeunes et moins jeunes, votez pour les 5 gestes qui vous inspirent le plus
mammouth.telequebec.tv/

Une bourse prestigieuse pour l’une de nos pharmaciennes

Julie Morin, pharmacienne

Le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-EMTL) est fier d’annoncer que Julie Morin, pharmacienne au sein de son institution depuis février 2017, recevra le 17 novembre prochain la prestigieuse Bourse Hélène-Viel-Stonebanks remise par la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal.

« Voir ainsi se déployer parmi nous de jeunes talents tels que celui de Julie Morin ne peut que donner confiance en l’avenir des soins », a déclaré Yvan Gendron président-directeur général du CIUSSS-EMTL.

Après avoir obtenu sa maîtrise en pharmacothérapie avancée de l’Université de Montréal et avoir effectué sa résidence à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR), Julie Morin oeuvre à présent comme pharmacienne au sein des équipes des soins critiques (soins intensifs et urgence) de l’Hôpital Santa-Cabrini auxquels s’ajoutera, en janvier 2018, le secteur de la greffe rénale et de la néphrologie (HMR).

« Julie s’est nettement démarquée par sa capacité hors pair à établir des liens et de communiquer de façon efficace avec les patients, mariant rigueur et empathie, des qualités essentielles pour la pharmacienne qui est devenue, en 2017, une « coach » de la pharmacothérapie », a de son côté renchéri Martin Franco, chef adjoint du Département de pharmacie au CIUSSS-EMTL.

À propos du prix
L’Ordre des pharmaciens du Québec, l’entreprise pharmaceutique Hoffmann – La Roche ainsi que M. Frank Stonebanks ont créé un fonds à la mémoire d’Hélène Viel Stonebanks, pharmacienne engagée et pleine de compassion. Mme Stonebanks a perdu la vie dans un attentat le 3 décembre 1996. C’est en son hommage qu’une bourse est remise annuellement à un pharmacien inscrit au programme de Maîtrise en pharmacothérapie avancée ayant démontré des aptitudes exceptionnelles en communication.

« Ma femme se dévouait sans partage au mieux-être de ses patients et cette empathie était au cœur des soins qu’elle leur prodiguait. Il était donc tout naturel d’établir ce fonds à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal où elle a obtenu son baccalauréat et sa maîtrise et où l’enseignement reflète les principes qui lui étaient chers » explique M. Frank Stonebanks.

Pour information
Catherine Dion
Agente d’information – relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Bureau : 514 251-4000, poste 2986 | Cell. : 514 235-4036 catherine.dion.iusmm@ssss.gouv.qc

Marie-Ève Lebel, lauréate de la bourse Excellence en recherche L’Oréal-UNESCO 2017

Reconnaissance de l’excellence des femmes en science

Dre Marie-Ève Lebel

Le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-EMTL) est fier d’annoncer que la Dre Marie-Ève Lebel, stagiaire post-doctorale au laboratoire de la Dre Heather Melichar au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, obtient une prestigieuse bourse de la compagnie L’Oréal visant à reconnaître l’apport des femmes à la science.

À l’occasion d’une cérémonie en marge du Sommet Gender Summit Amérique du Nord à Montréal, cinq jeunes chercheuses canadiennes, dont Marie-Ève Lebel, ont été récompensées dans le cadre du programme L’Oréal Canada pour les femmes et la science avec le soutien de la Commission canadienne pour l’UNESCO.

Les bourses Excellence en recherche L’Oréal-UNESCO 2017, d’une valeur de 20 000 dollars chacune, visent à soutenir des projets de recherche majeurs entrepris par des Canadiennes complétant un post-doctorat à un niveau crucial de leur carrière. Ces bourses récompensent l’excellence et permettent à des scientifiques chevronnées, sélectionnées par un jury d’experts, de poursuivre leurs recherches.

«L’excellence au féminin doit avoir la place pour se déployer et atteindre son plein potentiel. Marie-Ève Lebel incarne très bien cet essor», a déclaré Yvan Gendron président-directeur général du CIUSSS-EMTL.

Des travaux importants dans la lutte contre le cancer
Le cancer est l’une des plus grandes causes de morbidité et de mortalité dans le monde, et son incidence est appelée à augmenter au cours des prochaines décennies. En dépit de l’amélioration des méthodes de détection et de l’efficacité des traitements, le taux de survie à long-terme reste bas pour certains cancers. Durant ses études doctorales, Marie-Ève Lebel a mis au point des stratégies uniques pour augmenter l’efficacité et la durabilité de nouveaux traitements prometteurs contre le cancer, qui prennent avantage du système immunitaire pour cibler et détruire les cellules cancéreuses. Cependant, comme les cellules tumorales dérivent de cellules normales, plusieurs obstacles entravent l’efficacité de l’immunothérapie.

Par exemple, les cellules T, une composante fondamentale du système immunitaire qui contribuent à l’élimination des cellules cancéreuses, sont entraînées à éviter de cibler les cellules normales via un mécanisme connu sous le nom de tolérance. Ceci est important pour prévenir les maladies auto-immunes, mais il doit être outrepassé pour permettre au système immunitaire de trouver et éliminer les cellules cancéreuses. Il existe plusieurs mécanismes de tolérance qui limitent le développement de cellules T autoréactives. Les travaux de Marie-Ève Lebel cherchent à mieux comprendre les différents mécanismes de tolérance des cellules T afin d’optimiser l’efficacité de ces cellules dans leur lutte contre le cancer.

Pour information
Catherine Dion
Agente d’information – relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Bureau : 514 251-4000, poste 2986 | Cell. : 514 235-4036 catherine.dion.iusmm@ssss.gouv.qc