Déménagement de l’aire ambulatoire de l’urgence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Le 24 mai prochain, l’aire ambulatoire de l’urgence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont emménagera dans ses nouveaux locaux dans le cadre du projet d’agrandissement et de modernisation de l’urgence.

Pour l’occasion et afin de faciliter le déménagement, nous sollicitons la collaboration du public du mardi 23 mai au jeudi 25 mai et l’invitons à :

  • consulter une clinique médicale sans rendez-vous ou un autre hôpital du secteur*.
  • communiquer avec Info Santé au 811 en cas de problème de santé non urgent.

L’urgence demeurera toutefois ouverte en tout temps. Nous remercions la population pour sa collaboration.


*Liste des cliniques médicales sans rendez-vous et autres installations du secteur :

  • Clinique médicale 3000
    3000, rue Bélanger Est
    514 376-7702
  • Clinique médicale Angus
    4101, rue Molson, bureau 101
    514 807-2333
  • Centre médical Hochelaga
    9080, rue Hochelaga
    514 353-8742
  • Clinique Maisonneuve-Rosemont
    5345, boul. de l’Assomption, bureau RC-60
    514 257-7000
  • Polyclinique-réseau Pointe-aux-Trembles
    12 905, rue Sherbrooke Est, bureau 103
    514 498-4050
  • Polyclinique Cabrini
    5700, rue Saint-Zotique Est, bureau 200
    514 256-5700
  • Clinique médicale Viau inc.
    4750, rue Jarry Est, bureau 204
    514 326-7203
  • CLSC de Saint-Michel
    3355, rue Jarry Est
    514 722-3000
  • Hôpital Santa Cabrini
    5655, rue Saint-Zotique Est
    514 252-6000

Claude Le Borgne nommé au poste de directeur adjoint opérations financières

Le président-directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS), monsieur Yvan Gendron, a le plaisir d’annoncer la nomination de monsieur Claude Le Borgne à titre de directeur adjoint opérations financières.

Relevant de la directrice générale adjointe finances, soutien, admini
stration et performance et directrice des ressources financières, monsieur Claude Le Borgne aura la responsabilité de la gestion courante des opérations financières de l’établissement, d’assurer l’intégrité de l’information financière et de veiller au respect de la reddition de compte. Il devra également assurer l’application des principes comptables et des normes, mettre en place des contrôles internes, effectuer la gestion de la trésorerie et des pratiques courantes liées à la classification et à l’enregistrement des transactions financières. Monsieur Le Borgne sera également responsable de la production des rapports financiers annuels et sera appelé à travailler en étroite collaboration avec le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal dans le cadre de la régionalisation du service de la paie.

Détenteur d’un baccalauréat en administration des affaires, orientation sciences comptables et membre de l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec, monsieur Le Borgne cumule 30 ans d’expérience dans le domaine financier. De 1984 à 1989, il débute chez Craimer L’Écuyer et associés puis chez Mallette Maheu à titre de vérificateur, puis occupera d’autres fonctions de gestion financière en entreprise privée. De 1991 à 1999, il obtient le poste d’agent de gestion financière à l’Institut de réadaptation de Montréal. Par la suite, il occupera des postes de direction dans le secteur financier auprès d’entreprises privées. En 2003, au CLSC de Montréal-Nord, il assumera les fonctions de directeur des ressources financières, informationnelles et techniques, puis, lors de la création du CSSS d’Ahuntsic et Montréal-Nord, d’autres fonctions toujours liées à la gestion des finances, dont celle de directeur des ressources financières et informationnelles. De 2007 à 2009, il travaille à nouveau à titre de vérificateur chez Rocheleau Labranche et associés, où on lui confiera des mandats d’impartition liés à la direction des finances dans des établissements du réseau. Par la suite, de 2010 à 2014, il obtiendra le poste de conseiller aux établissements – budgétisation, puis de coordonnateur de la budgétisation régionale, à l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal. En janvier 2015, il devient directeur adjoint des services administratifs volets ressources financières et informationnelles à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal. Depuis juin 2015, monsieur Le Borgne occupait les fonctions d’adjoint à la Direction générale adjointe – finances, soutien, administration et performance, et Direction des ressources financières de notre CIUSSS.

Initié par la Direction générale du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, le concours visant à doter ce poste s’est déroulé selon un processus formel et rigoureux de sélection à la suite d’un appel de candidatures public. Nous lui souhaitons la bienvenue et le plus grand des succès au sein de notre CIUSSS.

C’est à compter du 1er mai 2017 que monsieur Le Borgne assumera ses nouvelles fonctions. Son bureau sera situé à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal.

Yvan Gendron
Président-directeur général

Nomination de Chantal Quimper

Chantal Quimper nommée au poste de directrice adjointe continuum des services clientèles à la Direction des programmes de déficience intellectuelle, troubles du spectre de l’autisme et déficience physique

Le président-directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS), monsieur Yvan Gendron, a le plaisir d’annoncer la nomination de madame Chantal Quimper à titre de directrice adjointe continuum des services clientèles à la Direction des programmes de déficience intellectuelle, troubles du spectre de l’autisme et déficience physique.

Relevant de la directrice des programmes de défic
ence intellectuelle, troubles du spectre de l’autisme et déficience physique, Mme Quimper sera responsable de la planification, de l’organisation, du contrôle et de l’évaluation de l’ensemble des services sous sa responsabilité. Elle veillera à mettre en place des équipes multidisciplinaires à même de répondre aux différents besoins des personnes de tout âge, ayant une déficience intellectuelle, un trouble du spectre de l’autisme ou une déficience physique. Madame Quimper sera également responsable d’élaborer des corridors de service avec les partenaires du réseau public et communautaire, notamment les services à domicile, les services en milieu scolaire (entente MSSS-MEES), l’évaluation des besoins de soutien aux familles, etc. De plus, elle collaborera à l’évaluation de l’efficacité des processus et de leur amélioration par une implication active au niveau de la révision des processus de travail, ainsi qu’à l’application et au respect des normes professionnelles. Elle assumera un leadership soutenu concernant le recours aux meilleures pratiques cliniques et au travail en interdisciplinarité et soutiendra les activités de recherche et d’enseignement en lien avec les activités de la direction. Pour ce faire, elle sera responsable de la coordination des services de tout le continuum en collaboration avec les directions transversales. Elle verra également à répartir les ressources disponibles et s’assurera d’un suivi régulier de l’offre et de la qualité des services. Madame Quimper devra innover dans les façons de faire pour renforcer le soutien à l’autonomie et la participation sociale dans la communauté et éviter le recours à l’hébergement.

Détentrice d’une maîtrise en gestion et développement des organisations et d’un baccalauréat en psychoéducation, Chantal Quimper cumule plus de 28 ans d’expérience dans le réseau de la santé et des services sociaux dont 13 dans des fonctions de gestion. À l’emploi du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement (CRDITED) de Laval depuis 1988, elle occupera successivement les fonctions de conseillère à l’intervention, chef de service de réadaptation pour la clientèle DI-TSA ados-adultes, puis coordonnatrice liaisons jusqu’en 2015. Jusqu’à tout récemment, elle occupait la fonction de chef de service 1re ligne DI-TSA et de responsable du guichet d’accès DI-TSA et DP au CISSS de Laval. Madame Quimper est reconnue pour sa solide expérience de gestion combinée à sa pratique clinique, ainsi que pour ses capacités à susciter la mobilisation des équipes. Ses postes de gestion ont favorisé le tissage des liens professionnels, ralliant les intervenants comme les partenaires autour d’une organisation de services qui optimise la collaboration et le développement des meilleures pratiques fidèles à la mission de l’établissement.

Initié par la Direction générale du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, le concours visant à doter ce poste s’est déroulé selon un processus formel et rigoureux de sélection à la suite d’un appel de candidatures public. Nous lui souhaitons la bienvenue et le plus grand des succès au sein de notre CIUSSS.

C’est à compter du 26 avril que madame Quimper assumera ses nouvelles fonctions. Son bureau est situé au CLSC de Rosemont.

Yvan Gendron
Président-directeur général

Santé mentale : Ensemble et plus forts pour le rétablissement et le bien-être des personnes

La Table de concertation en santé mentale de l’Est de l’Île de Montréal convie la population et les intervenants à la 7e édition du Salon des ressources en santé mentale. Cet évènement biennal a pour objectif de faire connaître les services disponibles dans la communauté pour les personnes aux prises avec une problématique de santé mentale transitoire ou chronique.

Le Salon mettra aussi l’accent sur le fait que toutes et tous, peu importe l’âge ou le statut social, peuvent un jour ou l’autre être confrontés à une problématique de santé mentale. On gagne donc tous à faire connaître les ressources existantes afin de soutenir et faciliter le rétablissement.

Dans le cadre de cet événement, plus d’une quarantaine d’organisations communautaires et institutionnels seront présentes pour vous présenter leur offre de service en santé mentale, dont plusieurs intervenants des Programmes santé mentale et dépendance du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal. Venez les rencontrer le 26 avril prochain, entre 10 h à 19 h au Centre Pierre-Charbonneau, situé au 3000 rue Viau à Montréal.

Position des directeurs de santé publique du Québec en lien avec la légalisation du cannabis

Dans le contexte du projet de loi fédéral qui est déposé aujourd’hui, les directeurs de santé publique du Québec sont unanimement en faveur d’une loi qui encadrerait la légalisation du cannabis dans la mesure où un cadre réglementaire complet serait élaboré avant la mise en vigueur de la loi. Ces derniers présentent, dans un mémoire, leur position basée sur une approche de santé publique.

Le cannabis est déjà facilement accessible. C’est la substance illicite la plus consommée et le régime de prohibition actuel n’empêche pas son usage. Dans ce contexte, pour les directeurs de santé publique du Québec, la légalisation est une occasion de venir mieux encadrer la consommation et d’agir différemment sur un ensemble d’enjeux qu’entraîne la consommation dans un contexte de prohibition.

Une approche globale de santé publique vise à :

  • prévenir ou retarder l’initiation de l’usage chez les non-consommateurs, particulièrement chez les jeunes;
  • favoriser un usage sécuritaire chez les consommateurs à des fins non médicales en évitant les risques d’abus et de dépendance;
  • offrir des services aux personnes présentant une consommation problématique.

La santé publique reconnait les problèmes de santé et les problèmes sociaux liés à la consommation de cannabis et plus particulièrement ceux liés à une consommation abusive. Cependant, le contexte de prohibition actuel complexifie plusieurs interventions de santé publique, comprenant, entre autres, la surveillance et la promotion de messages de consommation à faible risque. Avec la légalisation, jumelée à un cadre réglementaire rigoureux et à la mise en place des mesures telles que des actions de prévention, les experts de la santé publique soutiennent qu’il sera plus facile de joindre les populations vulnérables avec les services de santé, de mieux intervenir et protéger la population.

Les directeurs de santé publique souhaitent que les mesures du cadre réglementaire soient strictement définies pour éviter une hausse d’accessibilité et une banalisation de la consommation, tout en faisant contrepoids au marché illicite. Le cadre réglementaire devrait notamment permettre d’éviter à tout prix une commercialisation favorisant l’intégration verticale (lien entre la production et la commercialisation) et la mise en place de marchés lucratifs, interdire toute forme de marketing (par exemple, publicité et promotion de marques), fixer un âge légal de consommation, établir un prix de vente tenant compte des effets sur la santé et du prix sur le marché noir, limiter le taux de concentration de la substance, les points de vente et la culture à domicile.

Le mémoire présente les préoccupations des directeurs de santé publique. Une analyse plus approfondie et rigoureuse du projet de loi fédéral sera faite et un avis plus complet pourrait être émis éventuellement lors des consultations. Vous pouvez consulter le mémoire à l’adresse suivante : http://www.santemonteregie.net/santemc/documentation/Cannabis_memoireDSP_VF.pdf

 

SOURCE Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Centre
Renseignements : Porte-parole : Dre Julie Loslier, directrice de santé publique de la Montérégie; Pour information : Martine Lesage, Conseillère-cadre aux relations médias, Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Centre, 450 466-5000, poste 4065.

Nouvelle chaire de recherche en santé mentale et travail

Santé mentale et travail : une nouvelle chaire de recherche pour mieux outiller travailleurs, employeurs et autres acteurs du retour au travail

Montréal, le 3 avril 2017 – La Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale, en partenariat avec la Banque Nationale et iA Groupe financier, lancen­t aujourd’hui la Chaire de recherche en santé mentale et travail, une première au Québec. Cette chaire, dotée d’un fonds de départ de 1,4 million $, sera dirigée par Marc Corbière, chercheur à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) et professeur titulaire au Département d‘éducation et pédagogie – Counseling de carrière de l’Université du Québec à Montréal.

L’objectif de la création de cette chaire est de mettre au point de nouvelles stratégies d’intervention efficaces afin d’aider non seulement les employés aux prises avec la maladie, mais également tous les autres acteurs concernés tels que les gestionnaires, les professionnels en ressources humaines, les intervenants en santé mentale, les collègues de travail, les syndicats et les assureurs.

« Il est nécessaire que tous ces acteurs clés connaissent bien leur rôle, puissent avoir accès rapidement aux informations concernant l’employé et soient en mesure de communiquer entre eux, autant durant le congé de maladie que pendant le retour progressif ou la réinsertion sur le marché du travail régulier, » explique M. Corbière, le titulaire de cette nouvelle chaire.

Pour atteindre cet objectif, le chercheur promet de développer des outils pratiques tels des questionnaires et des applications mobiles qui amélioreront les interventions en milieu de travail et favoriseront un retour durable et en santé pour les employés en absence.

« Le développement des connaissances dans le domaine de la santé mentale et du travail doit nécessairement reposer sur la science, sur des données probantes, sur une revue des approches innovantes partout dans le monde, sur des expertises spécifiques. Voilà pourquoi je me réjouis de la création de cette chaire et du soutien qu’elle obtient de la Banque Nationale et de iA Groupe financier, » affirme M. Yvan Gendron, président-directeur général du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

Accroître le bien-être des employés

Dans une société industrialisée comme le Québec, les organisations sont de plus en plus confrontées aux problèmes de santé mentale en milieu de travail. En rendant possible la création de la chaire, la Banque Nationale et iA Groupe financier espèrent contribuer à réduire la stigmatisation entourant la divulgation du trouble de santé mental en milieu de travail.

De son côté, la Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal se réjouit des retombées espérées d’un tel investissement au niveau de la recherche en santé mentale et travail.

« Grâce à la création de cette chaire, les organisations pourront, dans un avenir rapproché, repérer et soutenir plus efficacement les personnes aux prises avec un trouble de santé mental et ainsi faciliter leur retour au travail ou leur maintien en emploi, » soutien Martin Gagnon, président du conseil d’administration de la Fondation.

Pour en apprendre davantage sur la chaire, visitez le santementaletravail.ca.

Voici quelques faits saillants : 

  • En 2011, 21,4% de la population active étaient aux prises avec un trouble de santé mentale.
  • Au moins 30 % des absences au travail sont dues à des problèmes de santé mentale.
  • Selon l’Organisation mondiale de la santé, la dépression deviendra en 2020 la première cause d’invalidité.
  • Parmi les personnes atteintes d’un trouble de santé mentale plus sévère et qui tentent de réintégrer le marché du travail, 40 % échouent et ce, malgré l’accès à des interventions qui ont fait leurs preuves.
  • Les troubles de santé mentale représentent environ 51 milliards de dollars par année, non seulement en frais médicaux, mais aussi en perte de productivité pour les organisations canadiennes et de baisse significative de la qualité de vie des personnes concernées.

À propos de la Fondation de lInstitut universitaire en santé mentale de Montréal

La Fondation s’engage à soutenir des projets cliniques et scientifiques qui ne visent plus uniquement à diminuer les symptômes de la maladie mentale et à traiter la clientèle, mais à assurer le rétablissement de la personne de façon à maintenir un lien solide avec sa communauté et ainsi favoriser sa réinsertion en société. unpeubeaucoupalafolie.org

À propos du CIUSSS de lEstdelÎledeMontréal

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l‘Île-de-Montréal (CIUSSS-EMTL) regroupe l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l’Hôpital Santa Cabrini, l’Institut Canadien-Polonais du Bien-Être et l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, de même que les centres de santé et services sociaux de Saint-Léonard et de Saint-Michel, de la Pointe-de-l’Île et Lucille-Teasdale. Affilié à l’Université de Montréal, le CIUSSS-EMTL conjugue les missions d’enseignement, d’évaluation et de recherche avec la formation de médecins et professionnels de la santé.

 

 

 

 

Pour information :
Samuel Campbell
Coordonnateur des communications et du marketing
Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal
Bureau : 514 251-4000, poste 2218 | Cell. : 514 265-7263

unpeubeaucoupalafolie.org
facebook.com/FIUSMM

Nouveau centre de dialyse de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Dialyse à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont – 53,5 M$ pour construire un nouveau pavillon

De gauche à droite : M. Jean Laurin, Président de la Fondation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont; M. Yvan Gendron, PDG du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal; Dre Martine Leblanc, Directrice des services professionnels du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal; M. Gaétan Barrette, Ministre de la Santé et des Services sociaux et M. Guy Breton, recteur de l’Université de Montréal

Dans le cadre des efforts pour améliorer l’accessibilité et la qu
alité des soins et des services offerts aux personnes souffrant de maladie chronique, le gouvernement du Québec investit 53,5 M$ pour la construction d’un nouveau pavillon à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR), qui sera entièrement consacré aux services de dialyse.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette, a procédé aujourd’hui à l’annonce de ce projet qui vient répondre à un besoin majeur de la population de la région de Montréal.
La construction de ce nouveau pavillon vise à réunir au sein d’un même édifice l’ensemble des activités du Service de dialyse de l’HMR, lesquelles sont actuellement réparties entre le rez-de-chaussée du Pavillon Rachel-Tourigny et des roulottes temporaires ajoutées au besoin à l’arrière de celui-ci.
Ce nouveau service de dialyse, d’une superficie de 7 049 m2 partagée sur trois étages, sera constitué de 74 stations de traitement. Sur le plan financier, le coût total du projet sera entièrement assumé par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Citations :

« En matière d’insuffisance rénale, la clientèle et les besoins ne cessent d’augmenter, et ce, partout au Québec. Ce projet témoigne de l’importance que nous accordons aux besoins de ces personnes, notamment en privilégiant des infrastructures qui offrent une solution permanente et moderne aux patients ainsi qu’au personnel qui les traite. Le service de dialyse centralisé de l’HMR, l’un des plus importants au Québec, mérite de profiter d’installations à la hauteur du travail qui s’y fait chaque jour. »

Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux

« Le projet annoncé est majeur et contribuera à accroître l’offre de service aux patients atteints d’insuffisance rénale de Montréal. L’investissement du gouvernement du Québec signifie que des soins de qualité seront fournis dans un cadre plus moderne et mieux adapté à leurs besoins. »

Martin Coiteux, ministre responsable de la région de Montréal

Faits saillants :

Le nouveau service de dialyse de l’HMR pourra compter sur une équipe multidisciplinaire constituée notamment :

  • de 14 néphrologues et de trois résidents en néphrologie;
  • de deux infirmières praticiennes spécialisées;
  • d’un pharmacien;
  • de deux diététistes;
  • et de trois techniciens en génie biomédical.

Les services d’hémodialyse seront offerts de 7 h 30 à 23 h 30, six jours par semaine, à raison de trois traitements par jour par station, alors que l’enseignement des modes de dialyse autonome sera ouvert cinq jours par semaine, de 8 h à 16 h.

Les 74 stations d’hémodialyse seront réparties comme suit :

  • 36 fauteuils de dialyse;
  • 10 fauteuils de dialyse en unité de transition vers les modes autonomes;
  • 12 fauteuils pour les patients hospitalisés;
  • 12 fauteuils pour les patients isolés;
  • et 4 fauteuils d’enseignement des modes de dialyse autonome.

Les travaux débuteront en juin 2017 et devraient se terminer en décembre 2018. Le déménagement des activités est prévu pour janvier 2019.

Les médias en parlent…
La Presse
Journal de Montréal
Radio-Canada – Nouvelles
Le Devoir
TVA – Nouvelles
Journal Métro
Radio-Canada – 15-18
Flambeau de l’Est

Une Maison bleue dans Saint-Michel

En présence de distingués invités, avait lieu le lundi 27 mars, l’inauguration de la troisième Maison Bleue dans le quartier St-Michel, un organisme à but non lucratif qui offre des services de périnatalité aux familles vivant dans un contexte de vulnérabilité, de la grossesse jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge de cinq ans. La Maison Bleue propose une approche accessible qui met de l’avant la complémentarité de services où s’activent sous un même toit médecins, sages-femmes, infirmières, travailleurs sociaux, éducateurs spécialisés et psychoéducateurs. Cette approche favorise une expérience de grossesse heureuse et des conditions optimales pour la croissance d
u nouveau-né.

« L’arrivée d’un enfant constitue nécessairement un événement privilégié dans la vie d’une famille. Mais pour certaines familles vulnérables, une naissance peut comporter de nombreux défis, » affirme Yvan Gendron, président directeur-général du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal. « Voilà pourquoi je suis particulièrement heureux de souligner l’ouverture de cette troisième Maison Bleue pour la population de l’Est de Montréal et la contribution du Programme jeunesse de notre CIUSSS et du Groupe de médecine familiale universitaire – Maisonneuve-Rosemont. »

À l’occasion de cette inauguration, le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette, a procédé à l’annonce d’un financement de 300 000 $ récurrent annuel pour soutenir les activités des trois Maisons Bleues. Il était accompagné par le député de Viau et ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, monsieur David Heurtel, et la députée de Crémazie et adjointe parlementaire du ministre de la Santé et des Services sociaux, madame Marie Montpetit.

« La nouvelle Maison Bleue de Saint-Michel s’arrime aux services déjà existant de ce quartier reconnu pour sa vie communautaire dynamique, et vient répondre aux besoins importants d’une population vulnérable.  En intervenant dès la grossesse, notre objectif est de saisir ce moment unique pour intervenir au-delà du suivi médical. Les services de périnatalité  deviennent dès lors un levier pour changer la trajectoire de vie des enfants. Comme pour les maisons de Côte-des-Neiges et de Parc-Extension, notre équipe est motivée par le désir de créer des filets de sécurité et des tremplins de solidarité pour les mamans et leurs familles », explique Amélie Sigouin, cofondatrice et directrice générale de l’organisme.

À souligner que l’organisme a également bénéficié d’un don de 1,3 M$ de la part de la Fondation Marcelle et Jean Coutu, dont une partie a servi au financement de cette troisième maison sur le territoire montréalais.

Communiqué de presse du MSSS

Communiqué de presse de la Maison Bleue

Événement « À livres ouverts » du 18 au 25 mars 2017

 

 

 

Le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal vous invite à venir rencontrer des « livres vivants », des personnes qui vivent ou qui ont vécu avec un problème de santé mentale et qui partageront une page de leur histoire pour l’occasion. Elles livreront leur vibrant témoignage dans le cadre de l’événement national de lutte contre la stigmatisation en santé mentale : À livres ouverts.

Une personne sur quatre vivra avec un problème de santé mentale au cours de sa vie. La discrimination et les préjugés vécus par les personnes vivant avec un problème de santé mentale sont les principaux obstacles à leur rétablissement. Ainsi, près des deux tiers de celles-ci n’iront pas chercher l’aide dont elles ont besoin par peur des préjugés (Organisation mondiale de la Santé, 2001).

À livres ouverts est une façon de lutter contre la stigmatisation en santé mentale et le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal est le premier CIUSSS au Québec à participer à cette activité. Cet événement est organisé par l’Association québécoise pour la réadaptation psychosociale en partenariat avec l’Association des bibliothèques publiques du Québec et plusieurs organismes communautaires et publics.

Les « livres vivants » livreront leur témoignage dans les centres de documentation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et de l’Hôpital Santa Cabrini de 11 h à 13 h 30.

Le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal vous invite à y assister en grand nombre.

Les témoignages de ces « livres vivants » changeront vos perceptions !

Mardi 21 mars 2017, 11 h à 13 h 30
Bibliothèque médicale et Centre d’information pour l’usager et ses proches
Hôpital Maisonneuve-Rosemont
Pavillon J.A.-DeSève
5415, boul. de l’Assomption
Montréal (Québec) H1T 2M4

Mercredi 22 mars 2017, 11 h à 13 h 30
Centre de documentation
Hall d’entrée de l’Hôpital Santa Cabrini
5655, rue Saint-Zotique Est
Montréal (Québec)  H1T 1P7

Jeudi 23 mars 2017, 11 h à 13 h 30
Centre de documentation
Institut universitaire en santé mentale de Montréal
Pavillon Bédard, 3e étage, local BE-316-34
7401, rue Hochelaga
Montréal (Québec)  H1N 3M5

Pour plus d’information, communiquez avec Éric Skulski au 514 251-4000, poste 2832