Faire trop confiance à son imagination : un indice de trouble obsessif-compulsif?

Mélanger le réel et l’imaginaire, perdre contact avec le réel : voilà deux principales caractéristiques qui pourraient jouer un rôle dans le développement du trouble obsessionnel-compulsif (TOC). C’est ce que nous apprend une étude réalisée par des chercheurs du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (Institut universitaire en santé mentale de Montréal) et de l’Université de Montréal, dont les résultats ont été publiés dans le Journal of Clinical Psychology.Frederick_Aardema250x250

« En général, les chercheurs sont d’accord sur les critères diagnostiques du TOC. Cependant, il n’y a pas de consensus sur les mécanismes qui les provoquent », déclare Frederick Aardema, codirecteur du Centre d’études sur les troubles obsessionnels-compulsifs et les tics (CETOCT) et professeur adjoint au Département de psychiatrie de l’Université de Montréal.

Déjà en 2011, l’équipe du CETOCT avait observé que les personnes qui font plus confiance à leur imagination et qui présente une forte tendance à se dissocier de la réalité avaient plus de symptômes obsessionnels. L’objectif de la présente étude était de confirmer ces observations auprès d’une population souffrant de TOC.

« Les théories sur le TOC stipulent que ce n’est pas le contenu de la pensée qui est en cause dans le développement des obsessions mais la façon dont ces pensées sont interprétées par la personne », poursuit monsieur Aardema. « Alors que la majorité des personnes vont écarter une idée si elles jugent qu’elle n’a pas de sens, une personne atteinte de TOC se dira que si elle pense comme cela, c’est qu’il y a une raison. »

En savoir plus sur l’étude

Pour information
Catherine Dion
Agente d’information – relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Bureau : 514 251-4000, poste 2986 | Cell. : 514 235-4036
catherine.dion.iusmm@ssss.gouv.qc.ca

Les médias en parlent…

UdM Nouvelles
Science Daily
News Medical
Techno Science
PsyCentral
News Medical