Comprendre et contrôler la douleur pendant l’anesthésie

Philippe Richebé, chercheur
Philippe Richebé, chercheur

Un patient qui reçoit une anesthésie précisément adaptée à son cas récupère beaucoup mieux de son intervention. Or l’excellence de l’expertise de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) en anesthésie, y compris celle de son volet de recherche, se voit récompensée par une bourse de 10 000 $ octroyée par la Société canadienne des anesthésiologistes (SCA), complétée par une bourse de Recherche du type Independent Investigator Initiated Research Grant de la compagnie Medasense Ltd. pour un total de 37 000 $.

C’est en effet le Dr Philippe Richebé, anesthésiologiste à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et directeur du Comité de la recherche en anesthésiologie à l’Université de Montréal, qui est le lauréat de cette bourse récemment remise dans le cadre du Congrès annuel d’anesthésiologie du Canada qui se tenait à Vancouver en juin 2016.

Cette bourse de Recherche aidera à la réalisation de l’étude clinique intitulée : Evaluation of the combined intraoperative depth of analgesia (NoL) and depth of anesthesia (BIS) monitoring on the patients’ recovery and safety after surgery: A Pilot Study. Cette étude évaluera l’impact en termes de réhabilitation postopératoire et de douleur d’un monitorage optimal de l’anesthésie et de l’analgésie intraopératoires. Elle sera la première étude de ce type à combiner l’utilisation du BIS index (monitorage de la profondeur d’anesthésie) et du tout nouveau NoL index (monitorage de la profondeur d’analgésie) pour mieux guider l’administration des médicaments d’anesthésie.

L’importance de ces travaux pour les patients
Les travaux d’envergure internationale de Dr Richebé sont axés sur la mise au point d’une méthode d’évaluation très précise de la douleur ressentie par un patient sous anesthésie. Alors qu’on a longtemps pensé que la douleur éprouvée pendant l’anesthésie ne laissait pas de traces chez le patient, il apparait au contraire que celui-ci peut en garder des séquelles autant physiologiques que cognitives. Une meilleure évaluation de la douleur permet de moduler l’anesthésie de façon très précise et d’en minimiser les effets secondaires, ce qui se traduit par une récupération plus rapide du patient.

Renseignements 

Florence Meney – Équipe relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Cell. : 514 755-2516
fmeney.iusmm@ssss.gouv.qc.ca