Trouble mental grave : les meilleures interventions pour obtenir et maintenir un emploi

Les programmes de soutien à l’emploi (PSE) et les programmes de soutien à l’emploi augmentés (PSE +) sont les interventions les plus efficaces pour une personne atteinte d’un trouble mental grave qui désire obtenir et maintenir un emploi sur le marché ordinaire du travail. C’est ce que nous apprend une méta-analyse réalisée par des chercheurs des Pays-Bas et de la Chaire de recherche en santé mentale et travail de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) et qui est publiée dans Cochrane Database of Systematic Reviews.

Marc Corbière. chercheur

« Le but de cette méta-analyse était de savoir quels sont les programmes et interventions qui permettent d’aider des adultes aux prises avec un trouble mental grave (TMG) à trouver un emploi et à le conserver » explique Marc Corbière, co-auteur de cette méta-analyse et titulaire de la chaire. « Les personnes atteintes d’un TMG, tels que la schizophrénie ou les troubles bipolaires, sont la plupart du temps éloignées du marché du travail. Cependant, la majorité d’entre elles désirent décrocher un emploi et sont capables de travailler sur le marché du travail. Il faut toutefois que ces personnes aient accès à des interventions qui ont fait leurs preuves et d’autre part que certaines conditions de travail soient au rendez-vous. Dans le cadre de cette méta-analyse, nous voulions répertorier les meilleurs programmes et interventions pour aider ces personnes à réintégrer le marché du travail » explique le professeur en counseling de carrière du Département d’éducation et pédagogie à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Pour la réalisation de cette méta-analyse, le chercheur et ses collaborateurs ont revu près de 50 essais contrôlés randomisés impliquant plus de 8 000 participants. Les programmes et interventions retenus pouvaient soit adopter une approche dite traditionnelle (train and place) de la réintégration au travail, mettant l’accent sur des interventions préparatoires à l’emploi, soit une approche dite plus proactive (place then train) dans laquelle sont inclus les programmes de soutien à l’emploi (PSE).

Résultats
L’exercice de la méta-analyse a permis d’arriver à la conclusion que les programmes de soutien à l’emploi (PSE) et les programmes de soutien à l’emploi augmentés (PSE +) sont les interventions les plus efficaces pour obtenir et maintenir un emploi standard. Les PSE sont des programmes définis par huit composantes. D’abord, l’inscription dans un PSE est basée sur le choix du client (exclusion zéro). Ensuite, l’obtention d’un emploi standard est l’objectif visé. Également, la recherche d’emploi doit être rapide après s’être inscrit au programme (1-3 mois). En plus, une attention particulière est portée à l’endroit des préférences de travail du client, et ce, dans le but d’atteindre une bonne congruence entre les intérêts/préférences professionnels de la personne et son milieu de travail. Aussi, le conseiller spécialisé du PSE travaille en étroite collaboration avec les membres de l’équipe soignante (ex. : psychiatre, infirmière, etc.). Sans oublier que le soutien et suivi offert par ce conseiller sont continus et sans limite, et ce, même après que le client ait obtenu un emploi. Par ailleurs, les conseils sur les avantages sociaux sont fournis aux clients afin de prendre connaissance des conséquences financières associées à la réintégration au travail. Enfin, le conseiller fait des démarches auprès d’employeurs locaux pour éventuellement permettre à ses clients d’obtenir un emploi sur le marché du travail (Corbière et al., 2017). Les PSE + renvoient à un PSE avec l’ajout d’interventions comme la remédiation cognitive (amélioration de la mémoire, de la concentration, de l’organisation), la formation aux habiletés sociales et la thérapie cognitive-comportementale (TCC), toutes destinées aux personnes avec un TMG.

En effet, « divers facteurs, tels que les déficits cognitifs ou les difficultés interpersonnelles, ont été identifiés comme pouvant contribuer à des obstacles au maintien en emploi » affirme Marc Corbière. « Par conséquent, il y a un intérêt croissant à combiner les PSE avec d’autres interventions psychosociales, telle qu’une intervention de groupe basée sur la TCC. Un certain nombre de personnes ayant un TMG peuvent avoir besoin d’un processus de réadaptation professionnelle qui combine divers types d’interventions, avec une approche mettant l’accent à la fois sur l’autonomie de l’individu et les conditions de travail requises. »

Selon la méta-analyse, les recherches en milieu de travail ont permis de constater qu’une personne servant d’intermédiaire entre l’équipe soignante et le milieu de travail peut réduire le temps de retour au travail. Cette personne pivot peut être un coordonnateur chargé du retour au travail, un conseiller spécialisé ou un spécialiste de la santé au travail. Il est possible que le conseiller spécialisé œuvrant dans le PSE soit l’un des éléments clés de cette intervention, permettant une meilleure concertation des actions des divers acteurs du retour sur le marché du travail (ex. : employeur, supérieur immédiat, représentant syndical, collègues, médecins et autres professionnels de la santé, agent d’assurance). D’ailleurs, Marc Corbière stipule que « la reprise professionnelle après une absence maladie due à un trouble mental, qualifié de grave ou de courant, reste une responsabilité collective où chaque acteur a son rôle à jouer. Il est donc important de travailler de concert. »

Sources
Corbière, M., Lecomte, T., Reinharz, D., Kirsh, B., Goering, P., Menear, M., Berbiche, D., Genest, K., Goldner, E. (2017). Predictors of acquisition of competitive employment for people enrolled in supported employment programs. Journal of Nervous and Mental Disease, 205(4), 275-282. doi: 10.1097/NMD.0000000000000612

Suijkerbuijk YB, Schaafsma FG, van Mechelen JC, Ojajärvi A, Corbière M, Anema JR. 
Interventions for obtaining and maintaining employment in adults with severe mental illness, a network meta-analysis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2017, Issue 9. Art. No.: CD011867.
DOI: 10.1002/14651858.CD011867.

Pour information
Catherine Dion
Agente d’information – relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Bureau : 514 251-4000, poste 2986 | Cell. : 514 235-4036
catherine.dion.iusmm@ssss.gouv.qc.ca | ciusss-estmtl.gouv.qc.ca