Nos chercheurs à l’Acfas

Les chercheurs du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (IUSMM) seront en action lors du 85e congrès de l’Association canadienne française pour l’avancement des sciences qui se tiendra à l’Université McGill du 8 au 12 mai 2017. Le congrès annuel de l’Acfas est le plus important rassemblement multidisciplinaire du savoir et de la recherche de la francophonie et accueille des milliers de chercheurs et d’utilisateurs de la recherche provenant d’une trentaine de pays.

Premiers résultats de la Banque Signature
Le 10 mai, se tiendra un colloque, organisé par Nathe François, coordonnatrice de la Banque Signature, et Stéphane Guay, chercheur et directeur scientifique du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, où seront réunis plusieurs chercheurs de l’IUSMM. La Banque Signature est la plus vaste banque de données biologiques, psychosociales et cliniques de personnes atteintes de problèmes de santé mentale, et la seule étude au monde qui collecte des données auprès d’usagers de l’urgence psychiatrique. Cette rencontre permettra de présenter la Banque Signature, ses fondements, ses données et son accessibilité internationale. On profitera de l’occasion pour dévoiler les premiers résultats de recherche très prometteurs obtenus auprès de personnes souffrant de troubles de santé mentale en lien avec des marqueurs biologiques. Pour en savoir plus : centresignature.ca

 

Biomédecine et sciences humaines
Le 11 mai, Jean-François Pelletier, chercheur à l’IUSMM, et ses collègues de l’Université de Montréal, Ouanessa Younsi et Vincenzo Di Nicola, seront les hôtes d’un colloque sur la possible réconciliation entre les sciences biomédicales et humaines pour le bien-être du patient. Ces deux grandes classes de savoir sur l’humain, celui du corps et celui de l’esprit, sont souvent présentées comme étant en rapport dialectique, voire antagoniste. Ces deux orientations sont pourtant également indispensables à la médecine. Pour soulager la souffrance de la personne qui se trouve en face de lui dans son cabinet, tout particulièrement en ce qui concerne la santé mentale, le médecin doit interpréter la parole et les comportements de cette personne afin de pouvoir la comprendre. Ce symposium multidisciplinaire participe à ce mouvement de réconciliation en accordant une place prépondérante à la parole des patients, lesquels sont détenteurs d’un savoir d’expérience.

Activité physique et santé mentale
Le 12 mai, Paquito Bernard, chercheur à l’IUSMM et professeur au Département des sciences de l’activité physique de l’UQAM, présidera et anima le colloque « Activité physique et santé mentale : de la promotion du bien-être aux soins ». Concrètement, un nombre croissant d’études suggère que l’activité physique est un facteur clé de prévention, de développement et de maintien de la santé mentale, que sa pratique améliore aussi les troubles mentaux ou cognitifs sévères. Cet événement, regroupant des spécialistes de la question, souhaite offrir une vision multidisciplinaire des relations entre l’activité physique et la santé mentale, et faire émerger une réflexion collective sur la question des mécanismes en jeu.

Utilisation des banques de données administratives
Le 12 mai, le Dr Alain Lesage, psychiatre et chercheur à l’IUSMM, et ses collègues, Christophe Huynh de l’Institut universitaire sur les dépendances et Sylvanne Daniels du Réseau québécois sur le suicide, les troubles de l’humeur et les troubles associés de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, ont réuni des experts nationaux et internationaux pour présenter les avantages et les façons d’utiliser les données administratives pour améliorer les services en santé mentale, en dépendance et en prévention du suicide.

Dans le milieu de la santé et des services sociaux, les banques de données administratives (BDA) constituent un outil significatif afin d’accroître les connaissances des individus ayant des troubles mentaux ou des troubles liés aux substances psychoactives (TUS). En comparaison avec les études épidémiologiques et cliniques, ces ressources rendent possibles la constitution, à moindre coût, de vastes cohortes et l’élaboration de devis longitudinaux incluant des périodes pouvant même s’étendre sur des générations entières, tout en mettant à disposition des données actuelles sur la population. À partir des BDA, jusqu’à maintenant peu exploitées dans la recherche en santé mentale, les projets présentés durant ce colloque analysent les données relatives aux individus ayant un trouble mental, des conduites suicidaires ou un TUS et examinent l’utilisation des ressources médicales au Québec au cours des dernières décennies. La détermination de certaines des lacunes du réseau sociosanitaire permettra de trouver des pistes d’amélioration de la qualité des services.

Pour information

Catherine Dion
Agente d’information – relations médias
CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Bureau : 514 251-4000, poste 2986 | Cell. : 514 235-4036
catherine.dion.iusmm@ssss.gouv.qc.ca