Sciences de la communication non verbale : rendre la richesse de la connaissance accessible à un large public

Montréal, 15 mai 2018 – Un nouvel article du directeur et du codirecteur du Centre d’étude en sciences de la communication non verbale (CESCNOV) du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal dévoile la richesse des connaissances scientifiques sur le comportement non verbal humain.

L’étude récemment parue dans le Journal of Nonverbal Behavior présente une analyse des 1000 articles les plus cités sur le comportement non verbal humain « Notre article montre l’étendue des études scientifiques sur la communication non verbale publiées par une vaste communauté de chercheurs. Cette littérature représente une source d’information inestimable pour les personnes et les organisations qui souhaitent développer de meilleures pratiques professionnelles » explique Pierrich Plusquellec, directeur du CESCNOV, et premier auteur de l’étude. « Nous espérons que notre étude permettra d’aider le public à mieux apprécier les avancées scientifiques dans le domaine, et à poser un regard davantage éclairé sur la foule de notions plus ou moins douteuses qu’on peut lire sur le web ».

Les 1000 articles les plus cités – extraits d’un corpus de plus de 30 000 articles sur la communication non verbale – ont notamment permis de mettre en évidence les sujets, les chercheurs et les pays qui, d’années en années, ont contribué le plus à l’étude scientifique du comportement non verbal humain. L’étude de Pierrich Plusquellec et Vincent Denault, codirecteur du CESCNOV, montre également la nature véritablement interdisciplinaire et l’intérêt mondial pour l’étude scientifique du comportement non verbal humain. Le Canada fait d’ailleurs bonne figure, avec 44 des 1000 articles les plus cités, au quatrième rang après les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Toutefois, puisque seuls les articles écrits en anglais ont été retenus, les contributions de pays comme la Chine et le Japon ont sans doute été sous-estimées, une des limitations de l’étude, expliquent les chercheurs.

La question du manque de publications scientifiques en français révisées par les pairs, sur la communication non verbale, combinée à l’absence de vulgarisation scientifique francophone sur la question, sont d’ailleurs à la source de la production par Pierrich Plusquellec, en collaboration avec Nathe François, d’un ouvrage grand public, Votre intuition, ce superpouvoir, publié en février dernier aux Éditions Trécarré. « Nous avons écrit ce livre afin de contribuer à l’accessibilité de la recherche scientifique sur la communication non verbale. Notre livre s’adresse à tous ceux et celles qui souhaitent savoir ce que les publications scientifiques, révisées par les pairs, disent sur ce sujet » conclut Pierrich Plusquellec.

L’étude de Pierrich Plusquellec et Vincent Denault est parue dans la revue Journal of Nonverbal Behavior sous le titre The 1000 Most Cited Papers on Visible Nonverbal Behavior: A Bibliometric Analysis : http://link.springer.com/article/10.1007/s10919-018-0280-9

Le livre Votre intuition, ce superpouvoir de Pierrich Plusquellec et Nathe François a été publié aux Éditions Trécarré :
http://www.editions-trecarre.com/votre-intuition-superpouvoir/pierrich-plusquellec/livre/9782895687412

Pierrich Plusquellec

Pierrich Plusquellec est chercheur au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CRIUSMM) et professeur agrégé à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal. Il détient un doctorat en biologie du comportement de l’Université Paris XIII au cours duquel il a étudié les techniques d’observation et d’analyse des comportements. Il est également co-directeur du Centre d’études sur le stress humain du CRIUSMM, et il dirige le Laboratoire d’observation et d’éthologie humaine du Québec.

Vincent Denault est avocat et examinateur agréé en matière de fraude, membre du Barreau du Québec et de l’Association of Certified Fraud Examiners. Il détient une maitrise en droit de l’Université du Québec à Montréal au cours de laquelle il a étudié l’impact du comportement non verbal des témoins lors de procès. Il est également doctorant et chargé de cours au Département de communication de l’Université de Montréal, et premier récipiendaire du Emerging Scholar Award (2016) de la Nonverbal Division de la National Communication Association.

Nathe François

Nathe François est coordonnatrice au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal où elle veille au déploiement d’une banque de données biologiques, psychosociales et cliniques. Elle détient un doctorat en sciences de la vie, spécialité éthologie, de l’Université de Tours au cours duquel elle a étudié les techniques d’observation et d’analyse des comportements. Elle a réalisé un post-doctorat sur le développement social des enfants au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine. Elle a rejoint le CESCNOV en Janvier 2018.

Le Centre d’études en sciences de la communication non verbale a pour objectifs la production et la diffusion auprès du grand public de connaissances scientifiques sur la communication non verbale, ainsi que la promotion de pratiques fondées sur des données probantes auprès d’organisations œuvrant dans différents secteurs d’activités.

L’Institut universitaire en santé mentale de Montréal offre des services spécialisés et ultraspécialisés en santé mentale. Chef de file dans son domaine, il développe des savoirs par la recherche, l’enseignement et l’évaluation. L’institut universitaire en santé mentale de Montréal est membre du grand réseau d’excellence en santé de l’Université de Montréal.

 

Pour information et entrevues :
Florence Meney – relations avec les médias CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
514 755-2516
fmeney.iusmm@ssss.gouv.qc.ca