Passer au contenu principal

Navigation externe du Ministère Économie, Science et Innovation

À propos

Centre intégré de dialyse Raymond-Barcelo

UN PEU D’HISTOIRE

Le Centre intégré de dialyse Raymond-Barcelo est nommé ainsi en l’honneur du fondateur du service d’hémodialyse en 1969, soit 15 ans après la création de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Néphrologue de grande renommée, le docteur Raymond Barcelo a pratiqué la médecine au sein de l’hôpital pendant plus de 25 ans. Grâce à la qualité de ses soins cliniques et de ses performances en enseignement et en recherche, le docteur Barcelo a assurément joué un rôle de pionnier dans le développement de la néphrologie à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, mais aussi pour l’ensemble du Québec.

Le Centre intégré de dialyse Raymond-Barcelo devient le plus grand centre de dialyse sur un seul site au Québec avec son bassin de 1 000 patients traités, 74 pouvant recevoir des soins en même temps.

LE NOUVEAU CENTRE VOUS OUVRE SES PORTES

Le nouveau Centre

Le nouveau Centre intégré de dialyse Raymond-Barcelo,
c'est : 
 
  • 70 stations de traitement d’hémodialyse dont
    • 36 fauteuils de dialyse
    • 10 fauteuils de dialyse en unité de transition vers les modes autonomes
    • 12 fauteuils pour les patients hospitalisés
    • 12 fauteuils pour les patients isolés
  • 4 stations pour l’enseignement (hémodialyse à domicile et hémodialyse assistée à domicile)
  • Dialyse péritonéale
  • Clinique de protection rénale (prédialyse)

Le nouveau Centre intégré de dialyse Raymond-Barcelo, c’est : 
le transfert permanent des services de dialyse dans un nouveau pavillon sur 4 niveaux, localisé au nord-ouest du Centre de soins ambulatoires (CSA) de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Les 2 premiers niveaux serviront principalement aux aires de traitements tandis que le sous-sol servira aux locaux de soutien, et abritera une partie de la mécanique.  Au niveau 3 seront aménagés des espaces pour la prédialyse, la dialyse péritonéale ambulatoire continue (DPAC) et dialyse à domicile, des espaces clinico-administratifs ainsi qu’une salle électromécanique.

LES GRANDES ÉTAPES

  • 1964 : Inauguration du Service de dialyse à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR) et première personne dialysée

  • 1999 : Déménagement des opérations de dialyse dans des bâtiments préfabriqués temporaires

  • Entre 1999 et 2013 : Augmentation de 51 % du nombre de traitements d'hémodialyse prodigués à l’HMR

  • 2011 : Adoption du Plan maître immobilier, soit un vaste chantier de 900 M$ sur 10 ans

  • 17 mai 2013 : Dr Réjean Hébert, ministre de la Santé et des Services sociaux et ministre responsable des Aînés, annonce que les sommes du réaménagement permanent du service d’hémodialyse de l’HMR sont réservées au Programme québécois des infrastructures

  • 22 janvier 2014 : Inauguration du premier laboratoire d’enseignement par simulation en néphrologie au Québec, équipé d’un mannequin spécialement adapté pour l’hémodialyse

  • 8 mars 2017 : Annonce de l’autorisation de la phase exécution du projet de construction du Centre de dialyse à l’HMR par le ministère de la Santé et des Services sociaux, Dr Gaétan Barrette

  • Juin 2017 : Début de la construction d’un nouveau pavillon entièrement consacré aux services de dialyse à l’HMR

  • Juin 2019 : Inauguration du Centre intégré de dialyse Raymond-Barcelo

LES SOINS ET LES SERVICES

L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, un leader mondial en matière de néphrologie, d’insuffisance rénale et d’hémodialyse

La néphrologie figure parmi les trois grands domaines d’excellence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR) aussi bien sur les plans de recherche, que de soins. L’HMR occupe le 1er rang québécois quant au nombre de traitements offerts annuellement par un service d’hémodialyse centralisé. Spécialistes notamment de l’insuffisance rénale, les chercheurs de l'axe néphrologie du Centre de recherche de l'HMR font partie du Consortium de recherche en néphrologie de l’Université de Montréal. Le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) et l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal (HSCM) y participent également. L’HMR offre des traitements d’hémodialyse depuis un demi-siècle. L’hôpital est parvenu à optimiser ses pratiques et accroître son efficience, si bien que ses coûts par traitement sont parmi les plus bas au Québec. Reconnu mondialement, le savoir-faire en matière d’hémodialyse, développé au cours des 50 dernières années par l’HMR, contribue largement à la qualité des soins qu’elle offre aujourd’hui à l’ensemble de la population régionale.

Les traitements

Les traitements d’hémodialyse ont connu une très forte croissance depuis que l’hôpital a commencé à traiter les personnes souffrant d’insuffisance rénale en 1964. Une augmentation principalement attribuable à la prévalence nettement accrue de l’insuffisance rénale terminale.

Aujourd’hui, l’HMR abrite le plus important service d’hémodialyse centralisé de tout le Québec et le Centre de recherche de l'HMR, rappelons-le, est le seul au Québec à avoir fait de la néphrologie un axe d’excellence. Les travaux des chercheurs portent sur les conséquences physiologiques et pharmacologiques de l’insuffisance rénale ainsi que sur de nouvelles avenues en greffes rénales. En matière de néphrologie, d’insuffisance rénale et d’hémodialyse, l’HMR est devenu une référence internationale.

L’ÉQUIPE

Le personnel du service de la dialyse est composé de :

 

Néphrologues

Pharmaciens

Infirmières et professionnels spécialisés en néphrologie et en dialyse

Résidents en néphrologie

Diététistes et travailleurs sociaux

Techniciens en génie biomédical

LES RETOMBÉES GÉNÉRALES

Les nouvelles installations permettront d’assurer la fonctionnalité, l’efficacité et la salubrité des unités de traitement, favoriseront l’accessibilité aux services de dialyse, permettront d’accroître le nombre de patients desservis et de mieux contrôler les risques d’infections, le tout dans un milieu de soin plus propice au respect de l’intimité et l’attention personnalisée des patients.

  • SOINS ET SERVICES donnés dans de meilleures conditions
  • SÉCURITÉ et respect des normes
  • PERFORMANCE et efficience
  • ACCESSIBILITÉ et fluidité des circulations
  • FACILITÉ et emphase sur les modes autonomes