Passer au contenu principal

Navigation externe du Ministère Économie, Science et Innovation

Commentaires

Nous souhaitons améliorer ce nouveau site Web pour qu’il réponde à vos besoins. Faites-nous part de vos commentaires en cliquant ici !

Soins et services

Foire aux questions

Les informations qui suivent s’adressent aux personnes et aux familles qui sont suivis en CLSC et qui sont à la recherche d’un centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). 

Voici des réponses aux questions les plus souvent posées.

Quels sont les critères d’admission ?

Consultez la section Admission et frais d’hébergement  pour plus d’informations.

Quels sont les types de centre d’hébergement?

Il existe 3 types de CHSLD appartenant au système de santé québécois :

  1. Les CHSLD publics : sont entièrement administrés par le secteur public et comptent 32 000 lits. Ils sont réservés aux personnes en perte d’autonomie qui ne peuvent plus demeurer à domicile en tout sécurité. Une évaluation complète de la personne détermine son admissibilité.
     
  2. Les CHSLD privés conventionnés : sont gérés par des entreprises privées, en partenariat avec le secteur public. Ils fournissent plus de 6 000 lits et offrent des services comparables à ceux des CHSLD publics, pour le même type de clientèle en perte d’autonomie.
     
  3. Les centres privés non conventionnés : sont entièrement gérés par le secteur privé et offrent quelque 2 700 lits. Ils hébergent une clientèle constituée de personnes autonomes et semi-autonomes. Les soins et l’animation sont payables, au bail ou à la carte, par les pensionnaires, en fonction des besoins exprimés. Les services offerts varient d'un centre à l'autre.

Quels sont les différents types de chambres auxquelles nous avons accès ?

Chaque établissement est particulier. Vous devez vous informer auprès de l’établissement pour connaître le type de chambre disponible. Dans notre territoire de l’Est, il y a 15 CHSLD avec près de 2 400 lits qui offrent les mêmes services de soins, mais qui se différencient par leur spécificité, liée aux différentes clientèles.

Quelle est la qualité des soins et des services ?

Tous les centres, qu’ils soient publics ou privés, sont soumis aux mêmes critères de qualité. Ils doivent en effet être titulaires d’un permis du ministère de la Santé et des Services sociaux et avoir conclu une entente avec le Conseil québécois ou canadien d’agrément, qui les oblige à appliquer un exigeant processus d’amélioration continue.

Combien coûte l’hébergement ?

Consultez la section  Frais d'hébergement pour plus de renseignements.

Lors de l’hébergement, que pouvez-vous apporter?

La section Espace personnel vous renseignera sur les objets qui peuvent être apportés.

Est-ce qu’il y a des heures précises de visites ?

Les proches sont les bienvenus en tout temps, pourvu qu’ils respectent l’intimité et la quiétude des autres résidents.

Pour obtenir d'autres renseignements utiles au sujet des visites, consultez la page Visites.

Dois-je payer pour l’entretien des vêtements?

L'entretien des vêtements fait partie des Biens, services et soins inclus dans les frais de séjour. Consultez la section Buanderie pour tous les détails à ce sujet.

Comment aborder le sujet avec un proche en perte d'autonomie ?

Le plus important, face à un proche en perte d’autonomie, est d’éviter de devoir prendre des décisions dans des situations d’urgence.

Commencer à en parler avec son parent ou son proche avant même que l’état de santé ou l’autonomie ne se détériore pour connaître leurs préférences.

Communiquer avec le CLSC afin de se familiariser avec les services offerts. Se renseigner sur d’autres ressources disponibles dans la communauté : popotes roulantes, groupes communautaires.

Pour les familles qui s’occupent d’un proche ou d’un parent âgé, il est important de bien traverser cette étape de vie. Il faut d’abord accepter que nous ne sommes pas responsables de l’état de santé de notre proche. Il faut accepter leurs limites et accepter aussi que ces limites puissent s’intensifier et que leur état de santé risque de se détériorer. Au-delà de la culpabilité, il faut avant tout réaliser ses propres limites et trouver le soutien nécessaire pour vivre une relation avec son parent, où temps et énergie seront consacrés pour des moments de qualité, à domicile ou en centre d’hébergement.